Un plongeon dans l'univers de la magie... Dans notre école, apprenez à maîtriser un des quatre éléments, et devenez un vrai sorcier !


Le forum est actuellement en reconstruction, nous demandons aux membres d'être patients jusqu'à l'aboutissement de nos efforts. Les inscriptions sont néanmoins toujours ouvertes !

    Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Partagez
    avatar
    Zajolah Xamendor
    Directrice d'Aera
    Directrice d'Aera

    Féminin Taureau Nombre de messages : 274
    Age : 29
    Profession : Directrice d'Aera/Professeur de Musique Magique

    Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Message  Zajolah Xamendor le Dim 11 Mar 2012 - 10:34

    RP précédent ->A la rescousse d'une première année


    Les pas de Zajolah se faisaient rapides, accourant rapidement à l’Infirmerie afin de soigner les deux élèves Fero. La plus jeune était grièvement brûlée et Krystale venait de s’évanouir. Elles étaient mal en point mais elles étaient entre de bonne main. Surtout qu’elles atteignaient les portes de l’espace soin de l’école.

    Telle un ange-gardien qui ressent que le mal a osé toucher à ses protégés, l’infirmière avait déjà ouvert les grandes portes de bois. Dans sa tenue blanche, arborant l’écusson de l’école, la jeune femme de trente-cinq ans se dirigea vivement vers les deux demoiselles tandis que Zajolah pénétrait dans l’immense salle. L’infirmière avait déjà préparée deux lits, au plus près de sa loge où se trouvait la pharmacie.

    Celle-ci posa un regard sur les deux jeunes filles. Krystale semblait faire une sorte d’insolation corporelle doublée d’une chute de tension. Il fallait absolument réguler son état. Mais elle ne put s’empêcher d’avoir une moue dubitative en observant la première année. Elle saignait abondamment, portait de nombreuses plaies issues de brûlures graves. La femme ne se laissa pas décontenancée et prit les devants. Elle devait agir vite et bien.


    - Je vais les installer, en attendant, dépêchez-vous de vous lavez les mains.

    Aussitôt dit, aussitôt fait. La maitresse des lieux était chez elle, son caractère franc jeu et direct ainsi que son professionnalisme n’était pas à contredire. Zajolah laissa ses deux protégées rejoindre leur lit tendit qu’une bassine d’eau située à l’entrée accueillit ses mains noires de suie. Zajolah ne tarda pas, l’état des deux élèves était grave et l’infirmière aurait certainement besoin d’aide.
    Dix secondes plus tard, elle se retrouvait avec elle. Krystale et la jeune élève étaient toutes deux posées sur des lits douillets, entrecoupés d’un paravent.


    - Quel est le diagnostique ?

    Zajolah parlait directement avec un terme précis et médical. Bien sûr elle s’inquiétait de l’état des jeunes filles mais elle le démontrait en connaisseuse. Victime du feu, elle avait entendu nombre de fois cette phrase à son égard. Comme quoi une réponse peut tenir à sa clé votre vie.

    - La plus grande a subit un choc thermique et l’a plongé dans un état d’évanouissement. Ce n’est pas très grave, elle va surtout avoir besoin de repos. Mais la plus jeune n’a pas été épargnée…

    Allongée sur les draps clairs, le noir et rouge se détachaient de la fine silhouette. La douleur était présente malgré l’état d’inconscience car un rictus figeait le visage de la fillette dans la souffrance


    -… des brûlures mais essentiellement deux zones en danger. Il faut absolument panser ses plaies pour qu’elle est le moins de séquelles possible.

    Alors qu’elle disait cela, l’infirmière préparait un onguent, à la couleur bleu outremer. Mais Zajolah ne pût empêcher les mots « moins de séquelles possible » se répercuter dans son esprit. A quel point la demoiselle était touchée ? Impossible de savoir mais elle n’en ressortirait pas indemne.

    Avant même que l’infirmière n’ajoute quoique ce soit, Zajolah leva son sort de ventilation de la plus jeune pour le diriger sur Krystale. D’une part cela soulagerait la courageuse et d’une autre, il était impossible de soigner avec un sortilège d’une telle force.


    - Do ré mi fa sol la si do

    Zajolah avait chantonné cette petite phrase mélodique à voix basse mais perceptible. Elle lançait un sort sur les deux meurtries. Cela les plongeait dans une sorte de sommeil artificiel. Dans une sorte de rêve paisible, sans douleur, cotonneux. Une mélodie les berçait. Chacune y percevait le même thème musical mais avec des instruments différents, selon les préférences. Sort extrêmement complexe a exercer, il réquisitionnait au sorcier une grande maitrise et une grande concentration. Zajolah devait en permanence chanter une mélodie, sans s’arrêter une seconde pour que les effets du sort soient parfaits. De plus, elle ne devait pas manquer une fausse note car si elle se trompait, les jeunes filles se réveilleraient en ressentant les vives douleurs de leurs blessures. Parfaitement concentrée, Zajolah improvisait un air mélodieux prolongeant les jeunes filles dans un coma angélique.

    - Je vais encore avoir besoin de votre secours Mademoiselle Xamendor. Il faut absolument désinfecter ses plaies au plus vite. Comme vous ne pouvez malheureusement pas m’aider pour l’application, tendez-moi les bandages, cela fera gagner un peu de temps.

    C’est alors que les doigts agiles et précis de l’infirmière déposèrent délicatement et précautionneusement l’onguent sur les plaies.

    Zajolah obéissait parfaitement à la demande de l’infirmière mais elle était forcée d’admettre, que malgré sa volonté de faire au mieux, son handicap la paralysait. Privée de la vue – et même en utilisant ses autres sens – elle n’était pas des plus utile au corps soignant et à la petite. La tristesse, s’en voulant, était marquée sur son visage mais l’infirmière n’en voyait rien, restant parfaitement concentrée. Le cœur bondissait dans la poitrine de l’Aera. Le fait de ne pas pouvoir plus aider sa collègue l’angoissait : l’avenir physique de la demoiselle était entre leurs mains mais elles n’étaient pas assez rapide, par sa faute.

    C’est alors que les portes s’ouvrirent. C’était le professeur Kroëner qui venait d’arriver. Présent, il était clair que son aide allait être précieuse. Attentif et protecteur, il s’avança jusqu’à l’attroupement


    - Comment vont-elles ?

    Afin d’épargner l’infirmière de se déconcentrer, Zajolah s’exprima immédiatement

    - Krystale s’est évanouie et n’a que des blessures superficielles. Par contre, la jeune élève est grièvement brûlée, dont certaines blessures sont plus qu’inquiétantes.

    Ses mots étaient chantants mais sa phrase était dite normalement. Ce n’était que le reflet de la mélodie qui enchantait les deux jeunes filles dans leur coma artificiel.

    Pour démontrer les propos exacts de ses propos, l’infirmière désigna la jambe droite de la petite Fero. Le feu avait attaqué la peau jusqu'à la ronger , laissant apparaitre la chaire. L’épaule gauche avait reçu une projection, ce qui avaient infecté et attaqué l’immunité de la petite. L’infirmière afférait, mais le temps était compté.
    Il ne servait à rien de Zajolah d’être si inutile alors qu’une personne pouvait apporter bien plus d’aide qu’elle. Elle tendit sa baguette sur les mains du professeur Kroëner et aussitôt les mains de son collègue devinrent propres et aseptisées.

    Zajolah se tourna vers lui, lui tendant les bandages :


    - Vous pouvez lui venir en aide beaucoup mieux que moi à cette heure.

    Elle lui sourit timidement, en attendant qu’il saisisse les pansements. Elle l’encourageait. Mais elle lui prouvait surtout que face a son incompétence, elle s’excusait de ne pouvoir faire mieux : malgré les efforts qu’elle fournissait et toute sa dévotion , elle était impuissante.
    avatar
    Maximillen Kroëner
    Aera
    Aera

    Masculin Lion Nombre de messages : 282
    Age : 46
    Profession : Professeur de Défense contre les forces du mal et de Duel

    Re: Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Message  Maximillen Kroëner le Dim 11 Mar 2012 - 23:08

    Quand Maximillen entra dans l'infirmerie, il s'avança vers les deux jeunes blessées pour prendre de leurs nouvelles. Elles étaient allongées sur deux lits côte à côte et semblaient plongées dans un doux sommeil. Elles avaient presque l'air heureuses, ce qui étonna le professeur Kroëner.
    Ce n'est qu'en entendant la réponse de sa collègue mlle Xamendor qu'il comprit :

    - Krystale s’est évanouie et n’a que des blessures superficielles. Par contre, la jeune élève est grièvement brûlée, dont certaines blessures sont plus qu’inquiétantes.

    Cette phrase avait été prononcée sur une mélodie tout à fait surprenante, puisqu'on ne s'attendait pas à une telle intonation pendant des circonstances aussi tragiques. C'est alors que Maximillen se souvient de son statut de professeur de musique, Zajolah connaissait sans doutes des remèdes contre la douleur en utilisant diverses mélodies.
    Lorsque Maximillen analysa la réponse de sa collègue, il comprit que la jeune Fero avait beaucoup souffert et que ses blessures seraient difficiles à soigner sans laisser de séquelle. Sa jambe droite était en effet ouverte de toutes parts, et son épaule gauche avait été entaillée par un éclat de ce qui pouvait s'apparenter à de la pierre. Maximillen resta sans voix à la vue de ces blessures. Alors que quelques secondes s'étaient écoulées, il eut une sensation étrange tout autour de ses mains ; Zajolah venait de lui lancer un sort pour les désinfecter afin d'éviter de contaminer les blessures des élèves. Aussitôt, sa collègue lui dit :


    - Vous pouvez lui venir en aide beaucoup mieux que moi à cette heure.

    Avec un soupçon de regret dans sa voix, Zajolah tendait des bandelettes de pansement à Maximillen. Il était évident qu'elle souhaitait aider ses élèves, mais privée de la vue il lui aurait été difficile d'appliquer les bandages aux blessures. Constatant une légère tristesse chez Zajolah, le professeur Kroëner lui répondit pour la rassurer :

    - Merci beaucoup pour tout ce que tu as fait pour elles. Sans toi je ne sais pas ce qu'il serait advenu de leurs blessures. Tu as véritablement maîtrisé la situation tout à l'heure, et ton aide a été bien plus précieuse que tu ne le penses.

    Tout en lui parlant, Maximillen attrappa les pansements et les appliqua selon les consignes de l'infirmière qu'elle lui donnait par des signes précis de la main. Ce n'était pas la première fois qu'il avait à faire ce genre de bandage. Il y a une dizaine d'années, lors d'un de ses cours de Duel, un élève de sixième année fut violemment touché par un sortilège qui avait échappé à son camarade. Par manque de chance, il s'agissait du sortilège Waddiwasi qui expulse les objets à une vitesse phénoménale. L'élève se retrouva projeté au mur opposé. Il avait plusieurs membres disloqués et une énorme plaie sur l'épaule gauche qui a faillit se détacher du reste du corps. Maximillen se souvenait encore quelles souffrances parcouraient le corps de cet élève, et il se dit que si Zajolah avait été présente ce jour là, l'opération aurait été beaucoup plus agréable pour lui. Mais elle n'avait que treize ans à cette époque, et était loin de faire partie du corps enseignant de l'académie.

    Une voix vint interrompre les souvenirs de Maximillen pour annoncer de manière plutôt satisfaite :

    - Voilà, Krystale est à présent hors de danger, elle devra cependant rester allongé ici quelque jours pour récupérer sa température et sa tension normales. Son état est stable et il n'y a plus aucune raison de s'inquiéter pour elle. L'onguent va commencer à faire effet d'ici une dizaine de minutes au plus.

    Elle se tourna ensuite vers la plus jeune des deux élève, et son regard changea radicalement pour devenir beaucoup plus douteux :

    - La pauvre petite... Je vais devoir recourir à un sortilège pour compléter les effets de l'onguent. Cela accélérera la guérison et abrègera ses souffrances. C'est ce qu'il y a de mieux à faire, même si cela présent plus de risques.

    L'infirmière alla chercher sa baguette qui était posée à sa portée sur sa table de pharmacie, la pointa en premier en direction de la jambe droite de la fillette, puis se concentra en fermant les yeux. Le silence régna alors dans la pièce, et Maximillen la regarda silencieusement. C'est alors qu'après une demie minute de silence durant lequel rien ne bougea, l'infirmière rouvrit les yeux en prononçant d'une voix modérée :

    - Amplificatum !

    Il ne fallait surtout pas échouer avec ce sortilège : en cas de réussite, l'efficacité de l'onguent serait amplifiée ce qui le ferait agir mieux et plus vite, mais en cas d'échec, c'est la blessure qui s'accroitrait et ce serait encore plus douloureux...
    Le professeur Kroëner, en entendant ce sortilège, ferma alors les yeux car il en connaissait les conséquences. Mais c'était la chose la plus utile pour soigner de telles plaies, s'il fonctionnait...


    Dernière édition par Maximillen Kroëner le Lun 7 Mai 2012 - 15:42, édité 2 fois


    _________________
    avatar
    Zajolah Xamendor
    Directrice d'Aera
    Directrice d'Aera

    Féminin Taureau Nombre de messages : 274
    Age : 29
    Profession : Directrice d'Aera/Professeur de Musique Magique

    Re: Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Message  Zajolah Xamendor le Mer 2 Mai 2012 - 12:19

    L’heure était dramatique : le destin de deux jeunes filles se jouait. Cette responsabilité, la jeune femme de vingt-trois ans la portait mais il était insupportable pour elle de ne pouvoir pas plus agir, bien qu’elle fût heureuse de l’arrivé secourable de son collègue. Alors que le professeur Kroëner lui prenait délicatement les pansements de ses doigts, celui-ci prit la peine de la rassurer :

    -Merci beaucoup pour tout ce que tu as fait pour elles. Sans toi je ne sais pas ce qu'il serait advenu de leurs blessures. Tu as véritablement maîtrisé la situation tout à l'heure, et ton aide a été bien plus précieuse que tu ne le penses.


    Zajolah fut surprise et touchée par cette remarque. Un léger sourire s’étira rapidement pour le remercier et les joues rougirent légèrement. C’était une attention très attendrie de la part de Maximilien, personne que respectait beaucoup Zajolah. C’était un Aera – tout comme elle – qui avait beaucoup de puissance. C’était aussi quelqu’un de très ouvert et très attentif, envers ses élèves et envers elle, collègue arrivant à peine qu’il avait bien accueillit. Elle lui témoignait toujours beaucoup d’égard et cela passait notamment par un vouvoiement de sa part, par le fait également qu’elle le considérait comme quelqu’un de plus expérimenté et de respectable. Mais le mince sourire s’éclipsa car cette marque de confiance de son collègue ne l’excusait pas. La confiance en soi de Zajolah , un grand mystère : pour tenir tête et ses capacités magiques pas de problèmes mais des que son handicap lui faisait obstacle, elle lui faisait défaut.

    Elle fut interrompue dans ses réflexions par la voix prévenante de l’infirmière :


    - Voilà, Krystale est à présent hors de danger, elle devra cependant rester allonger ici quelques jours pour récupérer sa température et sa tension normales. Son état est stable et il n'y a plus aucune raison de s'inquiéter pour elle. L'onguent va commencer à faire effet d'ici une dizaine de minutes au plus.


    Mais son ton de voix devint beaucoup plus réservé lorsqu’elle commença à parler de la plus jeune :

    - La pauvre petite... Je vais devoir recourir à un sortilège pour compléter les effets de l'onguent. Cela accélérera la guérison et abrègera ses souffrances. C'est ce qu'il y a de mieux à faire, même si cela présent plus de risques.


    Zajolah restait immobile et silencieuse. Elle entendit les pas de l’infirmière s’éloigner puis ses mains saisissant sa baguette. C’était très solennel car le geste qu’elle s’apprêtait à faire avait une répercussion très importante. Après avoir s’être parfaitement concentrée, l’infirmière prononça clairement :

    - Amplificatum !

    Le sort était lancé et la tension palpable. Tous ne quittaient pas des yeux la plaie profonde. Mais Zajolah fut la première avertie de l’issue du sortilège. Soudain, son propre sortilège consistant à bercer la jeune fille, se décupla. Le son du thème musical se retrouva multiplié par dix ! Automatiquement Zajolah plaqua ses mains sur ses oreilles. Par chance, c’est elle qui emmagasinait la puissance du sortilège et non pas les deux jeunes filles. Le sortilège était touché à sa source. Bien que les tympans devenaient douloureux, cela n’affectait pas ceux des élèves. Par contre cela indiquait que le sortilège agissait sur le corps. La plaie s’amplifia alors, la peau se gonflant. Une erreur de remède ? Pas tout à fait car le liquide bleu s’étala de lui-même dans les chaires meurtries. Un double effet en somme. Le bleu se combina au sang jusqu’à former un mélange violâtre. Malheureusement, la double conséquence du sort était néfaste. En effet, bien que le remède agisse rapidement et efficacement, les plaies d’aggravaient et devenaient plus profondes : si elles s’agrandissaient, elles pourraient attaquer d’autres muscles ou mêmes organes avec un tel sort. Il fallait agir vite. Bien que , l’amplification du sort était en train de déstabiliser Zajolah (les cent trente décibels qui parcouraient sont crâne lui était nocif. Mais qui pouvait s’en douter ? Seule elle y était sensible. Et personnellement elle s’en fichait, elle ne s’apitoyait pas pour elle) Le problème, c’est qu’il fallait rapidement trouver une solution.

    Entre un do dièse et un mi, la réponse lui vint. Il existait un sortilège qui pourrait tout arranger mais qui était extrêmement difficile à exécuter et qui jouait le tout pour le tout : réussir la guérison ou affaiblir encore plus la jeune élève. Étant donné qu’il était impossible de faire marche arrière avec le sortilège de l’infirmière – du même risque d’engendrer une double affectation et une détention des tissus déjà si fragile de la peau – ce sort pouvait être l’issue tant attendue.

    Alors qu’un crescendo assaillait son esprit, Zajolah regarda l’infirmière et Maximilien qui étaientt en preuve à une réflexion intense, empreinte de sang froid. La panique n’avait pas sa place à cette heure. C’est alors qu’elle s’exprima avec une petite voix – ne couvrant pas la mélodie qui résonnait en elle - mais assurée :


    -Le sortilège Imperumo Molaeculum peut la sauver.


    Ce sort extrêmement complexe était réservé aux Mages Aeras habiles et puissants. D’ailleurs, il était dangereux et sa difficulté était quasiment infaisable pour une seule personne à moins de beaucoup d’entrainement et ce n’est pas un sort à utiliser à la légère. A vrai dire, cette formule était même rapprochée de la Magie Noire et pouvait provoquer d’immenses dégâts. Ce n’était pas une erreur que la notion de « Imperumo » rappelle celle du sortilège impardonnable « Imperium ». Imperumo Molaeculum consistait à être en contact avec l’âme d’une personne et d’ordonner à son corps de réagir d’une certaine façon. Quelle différence avec le sortilège condamnable ? Ce sort avait été crée dans des buts de la physique et ensuite de la médecine en permettant la sélection que de certaines molécules et de certains corps afin de les faire interagir entre elles et ainsi pouvoir découvrir des nouvelles données contre les affections, ou la découverte d’un nouveau pouvoir – interaction du corps humain avec d’autres éléments tel que le magnétisme par exemple. Ces découvertes se poursuivaient et les résultats en médecine s’avérait être une réussite mais attirait également les sorciers Aera de l’Ombre qui cherchèrent à dominer cette science pour créer des Mages Tout Puissant, au détriments de nombreuses vies… Mais ce n’était pas le cas ici. Il s’agissait de retourner au but premier : individualiser chaque molécule du liquide bleu et de la peau – en les faisant imperceptiblement voleter - afin de ne faire agir que l’amplificatum sur l’onguent et ensuite attribuer ce remède seulement sur les cellules meurtries.

    Cette symbiose entre l’âme du patient et l’individualisation des particules étaient d’une rare difficulté…. Et de rareté. L’effet premier ayant été détourné à de mauvaises fins, ce sortilège n’étaient connus que des plus expérimentés Aera. Maximilien et Zajolah le connaissait forcément car ces deux professeurs avaient des qualités en tant que Maitre dans la Défense Contre les Forces du Mal et Directrice des Aéras pour connaître ce sort ( le contraire aurait été anti-professionnel). Cependant, tous n’acceptait pas de le pratiquer au vu du danger potentiel et d’un taux de réussite faible.

    Zajolah attendit une réaction de la part de son collègue. C’était un exercice périlleux et personnellement, elle n’avait pas eu l’occasion de le pratiquer autrement que dans des conditions, disons, d’examen. Mais à eux deux, ils en avaient le potentiel : la force et la maitrise avec l’un qui pourrait maitriser justement l’esprit de l’élève tandis que le second appliquerait le « particule par particule » sur l’onguent et la peau.

    Avant même que le professeur Kroëner ne prenne le temps de dire quelque chose, l’infirmière prit les devants.


    - Très bien, c’est ce que nous allons faire. J’ai une entière confiance en vous deux en ce qui concerne l’exécution du sort. Pendant que vous serez en osmose, je m’occuperais d’annuler le sort sur le corps de la jeune fille et de l’intensifier sur les molécules du remède. J’en profiterais également pour extraire les éclats de pierres, eux aussi n’entrant plus en contact immédiat avec la plaie.

    Elle avait donnée la marche à suivre, sans appel. C’était ce qu’il y avait certainement de mieux à faire, surtout qu’elle se savait responsable de la vie de la demoiselle et que son premier sort n’avait pas eut l’effet escompté.

    Alors que Zajolah attendait la confirmation de son collègue – car il était non-négociable d’un accord partagé car pour le sort qu’ils s’apprêtaient à exécuter en binôme la confiance devait être totale. Zajolah n’avait aucun doutes sur son homologue après c’était à lui d’aviser.


    - Mais qu’attendez-vous, bon sang !

    L’infirmière pressait les Aeras. Certes l’enjeu était de taille mais maintenant qu’ils avaient la solution, il fallait l’appliquer. Zajolah avait comprit le message. Elle baissa légèrement sa tête et ferma les yeux. Puis elle commença à formuler l’incantation :

    -Esperito Mocilumino Imparitu Espritate Madistate

    La jeune femme avait prit le parti de la prononcer à voix basse et toujours sur le rythme du premier sortilège qui endormait les deux Fero. La mélodie lui prenant une grande énergie, elle ne pouvait pas se permettre de rater son incantation sous prétexte d’oublier une syllabe à cause d’un ré trop possessif. Mais la mélodie plongeant les jeunes filles dans un état comatique allait lui être bénéfique : Zajolah occupait d’une certaine manière l’esprit de la première année( c’est pourquoi elle confia au professeur Kroëner l’application physique du sort ). La compléter par le second sortilège allait lui permettre tout de contrôler sans pour autant faire de mal à l’âme de la petite première année.

    Lorsque les deux sorts se combinèrent à la perfection, elle leva sa main droite vers Maximilien Kroëner pour lui donner le feu vert : c’était à lui de réaliser la deuxième phase de l’Imperumo Molaeculum, et d’en assurer son succès
    .
    avatar
    Maximillen Kroëner
    Aera
    Aera

    Masculin Lion Nombre de messages : 282
    Age : 46
    Profession : Professeur de Défense contre les forces du mal et de Duel

    Re: Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Message  Maximillen Kroëner le Sam 5 Mai 2012 - 14:01

    - Amplificatum !

    Le professeur Kroëner, en entendant ce sortilège, ferma alors les yeux car il en connaissait les conséquences. Il attendit une dizaine de secondes qui lui parut durer une éternité. Le temps semblait trop long, et il voulait en avoir le cœur net : est-ce que le sortilège de l'Amplificatum était entrain de fonctionner comme il le devait ? Maximillen ouvrit alors les yeux. Un frisson parcourut alors toute la longueur de son dos lorsqu'il vit les blessures de la jeune Fero s'entailler davantage. On pouvait voir à l'oeil nu la vitesse de progression des plaies qui s'étendaient à présent du bas de la hanche jusqu'au genou de la jambe droite.
    Dans un mouvement machinal, il regarda Zajolah dans les yeux. Il voulait l'informer que la situation était entrain de dégénérer, mais il fut coupé dans son élan. À sa grande surprise, il vit sa collègue en pleine réflexion, semblant se torturer l'esprit à chercher quelque chose de bien précis au fond de sa mémoire.


    * Comment peut elle savoir que le sort Amplificatum n'a pas fonctionné ? *

    C'est alors qu'il se souvint que Zajolah était toujours entrain de plonger les deux jeunes filles dans une sommeil profond et mélodieux, et que le sortilège Amplificatum avait dû faire effet sur le sortilège de Zajolah. Elle put donc en déduire toute seule que l'infirmière ne maîtrisait plus la situation. Il n'était donc plus nécessaire pour le professeur Kroëner de l'informer de la situation, alors il se mit à chercher une solution seulement à partir de ce moment. Zajolah ayant été plus réactive, elle déclara soudainement :

    -Le sortilège Imperumo Molaeculum peut la sauver.

    En entendant le professeur Xamendor proposer une telle solution, Maximillen fut d'abord anxieux, car ce sortilège était très difficile à réaliser, et il se dit que Zajolah n'avait jamais dû l'employer en dehors de ses études vu son jeune âge. Pour sa part, le professeur Kroëner l'avait seulement utilisé deux fois depuis qu'il était diplômé. La dernière fois remontait à cinq ans en arrière. Une vieille amie avait appelé Maximillen en pleurs. Elle lui expliqua que le soir même elle avait retrouvé sa chouette bien aimée gisant sur le palier de la porte. Du sang était répandu sur les plumes hirsutes de son aile droite qui semblait complètement fracturée. Il était certain que si personne ne soignait rapidement ce pauvre animal, il allait y rester. Habitant loin de tout, cette vieille femme ne pouvait pas consulter rapidement de vétérinaire. Elle pensa donc à son vieil ami le professeur Kroëner, et il arriva chez elle sur le champ. En constatant les dégâts, il ne pouvait aider cette chouette blessée qu'à l'aide d'un seul sortilège : Imperumo Molaeculum. Cette tentative fut un succès, et la chouette repris son envol deux semaines plus tard.

    Mais en ce moment, dans l'infirmerie, Maximillen se souvint surtout de sa première tentative. Il était à peine plus âgé que Zajolah à cette époque là. Il était sorti avec des collègues pour boire un verre au village Beauxbalais, quand ils tombèrent tous trois dans une embuscade. Un de ses collègues fut grièvement blessé, et lorsque les voyous furent repoussés, Maximillen tenta de sauver son compagnon à l'air du même sortilège. Le stress dû à l'agression et ses blessures le déconcentraient, et le sortilège de l'Imperumo Molaeculum échoua. Il perdit le contrôle de l'âme de son ami qui s'envola à jamais hors de son corps.
    C'est donc sur ces pensées que la voix de l'infirmière retentit dans la salle :


    - Très bien, c’est ce que nous allons faire. J’ai une entière confiance en vous deux en ce qui concerne l’exécution du sort. Pendant que vous serez en osmose, je m’occuperais d’annuler le sort sur le corps de la jeune fille et de l’intensifier sur les molécules du remède. J’en profiterais également pour extraire les éclats de pierres, eux aussi n’entrant plus en contact immédiat avec la plaie.

    Le professeur de défense contre les forces du mal redescendit de son nuage et abandonna ses inquiétudes. La voix assurée de l'infirmière, la confiance qui régnait en Zajolah et la connaissance du sortilège par Maximillen le laissait finalement penser que tout allait bien se passer. Voyant que sa collègue attendait son feu vert, Maximillen lui dit, tout en hochant la tête d'un mouvement sec et certain :

    - C'est d'accord.

    - Mais qu’attendez-vous, bon sang ! S'impatienta l'infirmière. Son sortilège amplificateur était toujours entrain de progresser et elle ne pourrait pas l'arrêter tant que les deux professeurs ne se seraient pas accaparé de l'esprit de la première année.

    C'est alors que, dans un calme inattendu, Zajolah prononça l'incantation sur une douce mélodie :


    -Esperito Mocilumino Imparitu Espritate Madistate

    Apparemment, elle avait choisi de s'occuper de l'esprit de la jeune élève, ce qui pouvait sembler logique puisqu'elle était déjà entrain de la bercer par un sortilège mental. Il était du devoir de Maximillen de prendre en charge le physique de la petite Fero afin de refermer ses plaies. Il se préparait à lancer l'incantation, mais Zajolah était très appliquée et il ne voulait pas la déconcentrer, de peur de faire échouer son sortilège. Il savait que gérer le sortilège Imperumo Molaeculum n'était pas une mince affaire, mais cela était encore plus difficile s'il fallait le superposer à un autre sortilège déjà lancé. Maximillen préférait donc attendre que sa jeune collègue lui fasse un signe pour commencer son incantation.
    Le visage de Zajolah changeait très rapidement d'expressions. Elle avait les yeux fermés, mais sa bouche s'entrouvrait de temps à autres et ces sourcils étaient plus ou moins froncés. Au bout d'un court instant, son visage se stabilisa sur une expression sereine. C'est à ce moment là qu'elle leva délicatement sa main droite.
    Maximillen ne tarda pas, il pointa sa baguette en direction du cœur de la petite fille, et lança le sortilège tant attendu sur une intonation monotone, et un débit régulier et assez rapide :


    - Esperito Mocilumino Imparitu Physicate Madistate

    Zajolah et Maximillen se répartissaient la tâche, l'un s'occupant de l'esprit et l'autre du corps de l'élève, donc il fallait scinder la formule en deux parties. C'est pourquoi le professeur de défense contre les forces du mal remplaça le mot « Espritate » par « Physicate ».
    À peine eut-il dit la dernière syllabe de sa formule qu'un filet invisible sortit droit de sa baguette pour rejoindre le cœur de la fillette. À partir de ce moment, le temps semblait s'écouler beaucoup plus lentement.

    Maximillen venait de rejoindre l'inconscient du corps de la petite Fero par le lien invisible créé entre sa baguette et le corps. Le temps semblait filer cinq fois moins vite à présent, car l'inconscient a une réflexion plus rapide que le conscient. Maximillen pouvait à présent faire plus de choses en moins de temps, ce qui rendait le sortilège Amplificatum presque inefficace à présent. Cela était une bonne chose, mais il fallait avant tout rejoindre le sortilège de Zajolah pour qu'ils travaillent en symbiose. Il était impossible de faire autrement, car un seul esprit ne pouvait pas recevoir d'ordres de deux personnes différentes en même temps. Le professeur Kroëner déplaça lentement son filet invisible en direction du crâne de la jeune élève, là où devait se situer celui de Zajolah. Lorsque la rencontre se ferait, ils pourraient commencer à soigner les blessures.


    _________________
    avatar
    Zajolah Xamendor
    Directrice d'Aera
    Directrice d'Aera

    Féminin Taureau Nombre de messages : 274
    Age : 29
    Profession : Directrice d'Aera/Professeur de Musique Magique

    Re: Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Message  Zajolah Xamendor le Mer 11 Juil 2012 - 10:20

    C’est avec patience que Zajolah attendit la réponse de Maximillen. L’enjeu était grand, la responsabilité immense car il s’agissait de vie ou de mort. Pas qu’elle doutait de la compétence de son collègue – biensûr que non – mais ce sortilège était d’une complexité technique rare et la jeune expérience de Zajolah n’avait rien a envié a cette exécution. Mais il ne fallait pas douter car a partir de la, rien n’est plus possible, c’est pourquoi la jeune femme consacrait la totalité de son esprit à la concentration. Ce n’était pas un abus de confiance, mais elle fallait qu’elle reste calme, qu’elle reste lucide. Malgré ces efforts, un doute vint s’immiscer, la confiance du Professeur Kroëner était indispensable pour croire en la réussite, et cela, elle ne pensait pas forcément en avoir les armes. Oui, elle était jeune et avait un poste de choix a l’Element Academie, mais la jeunesse n’a pas l’aboutissement d’une expérience aguerrie… Pourtant, elle croyait en ce sort pour sauver la malheureuse première année. Oui, c’était risqué mais le fait de pouvoir venir en aide a une personne laissait pousser des ailes en Zajolah, qui prit sa respiration lentement pour recouvrer des flux positifs et emplis d’espérance.

    - C’est d’accord


    Des mots qui se découpaient dans l’air pur affilié a celui de l’air magique des deux Aeras présents. Une réponse précise, certaine et déterminée. Un soulagement naquit en Zajolah tendit que son cœur s’acceléra pour se calmer ensuite. Une sorte de montée de stress, apaisée par le professionnaliste de la sorcière. La détermination de Maximillen était alors un moteur pour elle, un exemple a suivre. La confiance les reliait. La première année Fero étaient entre de bonnes mains – ou plutôt – entre de bonnes baguettes.

    Assurée, Zajolah murmura immédiatement et avec grande application la formule.Ses yeux étaient clos, les serrant plus ou moins, reflet de la maitrise de ce sort qui allait lui permettre d’avoir en sa possession l’esprit de la camarade Fero. Un bien au combien précieux car c’était désormais à elle que revenait l’issu de la manœuvre : une fois que l’esprit serait en sa possesion immatérielle, ce serait a Zajolah de la protéger et de mettre tout en œuvre pour que celle-ci ne s’échappe pas avant la finalité de l’opération.

    La main droite et agile de la Professeur se tendit à la verticale, baguette magique dressée. Les essences de l’air attendirent d’être attirées par le souffle de l’âme de la jeune fille. C’était à la Fero d’accepter la présence de Zajolah, l’inconscient apprivoisant l’aura de la Directrice des Aeras. Car si les deux collègues devaient être en parfait osmose, Zajolah devait être en parfaite symbiose avec cette élève. Tout n’est qu’entraide les uns envers les autres. Tout doit se faire en douceur et minutie.
    L’élégante baguette de bois fin se dirigea alors d’elle-même en direction du visage en paix de la blessée. Zajolah écouta la magie de ce corps et de cet esprit qui menait une lutte acharnée pour la vie. L’outil du sorcier n’étant qu’un prolongement de celui-ci, Zajolah entra alors en connexion étroite, avec un lien aussi mince qu’un fil de lin. Le sortilège musical permettait d’apprivoiser cette âme meurtrie, envoutée par la berceuse enchantée. Les notes charmaient l’Être. La partition défilaient, le filet invisible s’immisçaient de plus en plus, évoluant millimètre par millimètre.

    Puis soudain, il y eut le choc des trois flux magiques qui se réunirent, coupant l’espace d’une seconde le souffle de Zajolah et ouvrant ses yeux argenté et inexpressif subitement. Mais pour une fois, une étrange lumière les animaient, comme si une perle scintillante venait les habiter et leur produisant une couleur nacrée. Cela n’altérait en rien l’handicap mais Zajolah n’était plus seule : son âme et celle de l’élève étaient reliées, comme si chacune possédait l’autre. C’était une sensation étrange… Zajolah sentait en elle une grande chaleur, parcourant sa peau fragile. La force de ce lien était brûlant et apaisant, doux et cruel.
    En effet, bien que le sortilège avait atteint son but, un effet secondaire néfaste avait eu lieu. Alors que Zajolah aurait du avoir en sa possession et le contrôle a distance réduite de l’âme de la Fero, l’âme de cette dernière c’était conjuguée a celle de Zajolah, vivant par son intermédiaire autant que par celle de la blessée. Et il en était de même pour l’âme de l’Aera. Les deux âmes étaient dans une prison dorée. Les deux se mêlaient à la perfection – nourrissant l’autre de l’essence même de l’existence vitale – mais chacune subissant l’autre. C’était tout ou rien : si le sortilège réussissaient, les deux femmes n’en ressentiraient aucunes séquelles, par contre si cela échouaient, les deux âmes les quitteraient pour l’éternité.

    Comment cela avait-il était possible ? La double combinaison des sorts de la Professeur de Musique Magique n’était pas compatible ? Impossible car la brune aux yeux brillants avait pris toutes ses précautions. En réalité, c’était le sortilège Amplificatum qui avait crée ce désordre.
    Pourtant, Zajolah ne paniquait pas. Déjà, ce n’était pas son genre mais en plus elle se sentait sereine. Et puis, le sortilège avait atteint son objectif, non ? Certes, pas vraiment comme elle se l’était imaginé mais cela revenait au même.

    La vitesse de cette connexion avait été lente et rapide, Zajolah étant la seule a s’en être encore rendue compte, c’est pourquoi Maximillen lança son sort après le temps nécessaire de l’application du sort de Zajolah.

    - Esperito Mocilumino Imparitu Physicate Madistate

    Par chance, le sortilège ralentit indéniablement l’écoulement du temps. Ainsi, Zajolah eut le temps de lancer un sort de protection muet sur Zajolah, comme un bouclier. Elles étaient déjà deux âmes ensemble, hors de question d’en liées une autre. De plus, c’était désormais Maximillen qui avait leurs âmes entre ses mains expertes. Mais Zajolah n’avait pas peur. Elle avait confiance en lui. C’est avec tranquillité qu’elle attendit de percevoir l’incantation de son collègue.

    Lorsque la magie invisible mais existante crée par le Professeur Kroëner rejoignit le noyau, la clé du sortilège de Zajolah, un évènement rare se produisit alors. Pendant un dixième de seconde, les trois corps conjugués ressentir une secousse dans tout leur corps, figeant leur cœur dans un mouvement. Une sensation affreuse a ressentir qui semblaient s’étiré dans un temps arrêté. Heureusement, ceci cessa et marquait la connexion s’en faille entre la jeune Fero, Maximillen et Zajolah.
    La jeune Fero n’avait eu que des effets limités grâce à la Musique rythmée, Maximillen avait de nouveau les pleins pouvoirs sur ses actes et gardait l’indépendance de son esprit. Mais pour Zajolah, c’était tout autre chose. Elle était recroquevillée sur elle-même, se tenant les côtes. Elle était épuisée. Elle maintenait deux sortilèges, elle avait donné ses dernières capacités en protégeant son collègue de l’effet de l’Amplificatum, et affaiblie, elle avait subit le heurt avec toutes sa puissance et s’en sentait mal. Mais elle luttait, combattait avec ferveur.

    Elle n’était plus en possibilité d’agir avec un nouveau sort mais elle tenait avec ses dernières forces l’âme en sécurité de la jeune Fero, et donnant à Maximillen la possibilité d’opérer du mieux possible. Pour ne pas le perturber et ne voulant pas l’inquiéter Zajolah s’immobilisa, assise alors a terre. Elle maitrisait la situation, du moins elle faisait en sorte. La fatigue grandissait mais une flamme – voire deux – vivaient en elle. Maintenant c’était à Maximillen de jouer, et Zajolah tiendrait jusqu'à sa réussite, car il ne faillerait pas - elle le savait - tout comme elle ne faillerait pas.

    avatar
    Maximillen Kroëner
    Aera
    Aera

    Masculin Lion Nombre de messages : 282
    Age : 46
    Profession : Professeur de Défense contre les forces du mal et de Duel

    Re: Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Message  Maximillen Kroëner le Mer 11 Juil 2012 - 18:27

    Le filet invisible qui connectait l'esprit de Maximillen à celui de la jeune élève se déplaçait vers la tête de celle-ci en direction du sortilège de Zajolah. L'union de ces deux sorts permettrait aux deux professeurs d'être en osmose afin de ne pas engendrer de séquelles à l'esprit de la petite Fero lors de l'opération. Dès que le sortilège atteint le cou de la blessée, le filet de la baguette de Maximillen se fit attirer vers celui de Zajolah comme s'ils étaient aimantés. C'est alors qu'une détonation bouscula de l'intérieur le cœur des trois êtres. Cela avait fait mal, comme si une forte pression avait été exercée sur tous les organes du corps en même temps. Quand la douleur disparu, Maximillen ressenti alors ce qu'il fallait ressentir : Zajolah, la petite Fero et lui même respiraient ensemble et leurs cœurs battaient au même rythme. L'union avait été fait avec succès ! Mais ce que le professeur Kroëner ignorait, c'est que Zajolah avait souffert à cause d'une surcharge de concentration et d'exécution. Elle avait su gérer ces maux dans un silence total pour éviter de déconcentrer son collègue. Et cela avait été très ingénieux car Maximillen était plongé dans une agréable sensation de sérénité. Il vit Zajolah s'asseoir par terre, se doutant que le sortilège Imperumo Molaeculum l'épuisait beaucoup, mais il ne détourna pas son attention des blessures de la jeune Fero. Plus il serait concentré, plus vite l'opération serait terminée et Zajolah pourra enfin arrêter ses sorts.

    L'infirmière commençait à retirer progressivement son sortilège d'amplification comme prévu et le professeur Kroëner dirigea à présent sa baguette vers la jambe meurtrie.


    * Je dois commencer la guérison pour prendre le relai de l'Amplificatum *

    Le temps toujours étendu, l'Imperumo arriva sur les plaies largement avant l'arrêt complet du sort de l'infirmière. Aussitôt, les plaies se mirent à cicatriser à la même cadence que les déplacements du sort du professeur, comme s'il maîtrisait les cellules du corps de la jeune élève. Sous sa volonté, les rives de chaque blessure se rapprochèrent pour cicatriser. Les plaies jusqu'alors étendues du bas de la hanche jusqu'au dessus du genou s'étaient déjà refermées de moitié en l'espace de seulement une minute dans l'espace temps réel. Mais cette minute correspondait à cinq pour les deux professeurs qui se battaient pour sauver leur élève. L'efficacité de leur sortilège était plus importante dans ces conditions mais leur épuisement était aussi plus rapide, il le ressentait à chaque fois qu'il utilisait l'Imperumo Molaeculum.

    Heureusement, la grande blessée ne ressentait rien. Le double bouclier créé par les esprits de ses deux professeurs ainsi que le sortilège mélodique de Zajolah empêchait toute douleur de parvenir à l'élève.
    Le professeur Kroëner voulait en finir avec ces blessures. Il ferma les yeux et se concentra encore plus profondément. Il se concentra tant qu'une lointaine et lente mélodie lui parvint ; c'était le sortilège de Zajolah qu'il était entrain d'entendre, ayant franchi les frontières invisibles de l'inconscient pour parvenir jusqu'à l'esprit de Maximillen. Sans se laisser déconcentrer par ce phénomène inattendu, il se servi de cette douce mélodie pour fortifier son Imperumo. La baguette du sorcier se mit à vibrer car le filet guérisseur sortait avec davantage de puissance. Les dernières plaies de sa jambe se refermèrent mais des cicatrises demeuraient.


    * Je ne peux pas la laisser dans cet état... Je suis certain que l'on peut faire disparaître toutes les cicatrices. *

    Il ferma à nouveau les yeux pour s'imaginer voyager à l'intérieur du corps de la première année, pouvant voir chaque molécule la constituant. Quand il arriva au niveau de la jambe droite, il chercha ensuite les cicatrices. Depuis l'intérieur de la jambe, il vit soudain un morceau de peau endommagé. Il s'imagina à présent toucher du bout de sa baguette chaque cellule de la cicatrice qui réagit immédiatement en se mettant à sa place. Cette opération était longue.
    Vu de l'extérieur Maximillen se tenait toujours aux côtés de la fillette les yeux fermés. Son bras semblait immobile, mais il effectuait de microscopiques gestes très précis. Son sortilège suivait ses mouvements sur les cicatrices qui disparaissaient lentement.
    Même s'il pouvait agir plus vite dans le monde inconscient, le sortilège dura tout de même vingt minutes – soit une heure pour le sorcier. Après cette longue labeur, le résultat fut surprenant : la jambe avait retrouvé toute sa splendeur.

    Admirant son œuvre, Maximillen oublia presque l'entaille au niveau de l'épaule gauche de l'élève. Elle était moins profonde que la blessure à présent soignée, mais il fallait tout de même y remédier. L'onguent de l'infirmière ne serait pas aussi efficace que l'Imperumo Molaeculum. Le professeur Kroëner ferma les yeux.

    Depuis l'intérieur de la jambe, il ne voyait plus aucune imperfection sur la peau. Toujours aussi satisfait, il s'imagina remonter le long de la cuisse à l'intérieur des vaisseaux sanguins. En s'approchant de l'épaule, il vit la lumière du jour progressivement apparaître. La plaie ouverte laissait la chair à vif. Arrivé sur les lieux, on pouvait voir l'éclat de pierre encore logé dans l'entaille. Avant de cicatriser, un amas de molécules donnèrent l'impression de se mobiliser pour extraire le corps étranger de l'épaule. Il tomba alors sur le carrelage dans un bruit sec. Le sortilège pouvait à présent réitérer la même manipulation qu'avec les blessures de la hanche et ce fut à nouveau un succès.

    Quand Maximillen en avait fini, il relâcha doucement son filet du corps de la jeune élève pour permettre aux esprits des deux demoiselles de se détacher simultanément. Si les séquelles physiques avaient été rétablies, il n'était pas impossible que des problèmes spirituels apparaissent à présent. Une âme manipulée avec inattention peut vite s'égarer... En baissant l'intensité de son sortilège, Maximillen envoya une invitation à Zajolah pour en faire de même. Il lui dit doucement :


    - J'ai terminé. Es-tu prête à libérer doucement son esprit ?


    _________________

    Contenu sponsorisé

    Re: Soins pour guérir du Feu Impitoyable

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc 2017 - 18:49