Un plongeon dans l'univers de la magie... Dans notre école, apprenez à maîtriser un des quatre éléments, et devenez un vrai sorcier !


Le forum est actuellement en reconstruction, nous demandons aux membres d'être patients jusqu'à l'aboutissement de nos efforts. Les inscriptions sont néanmoins toujours ouvertes !

    Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Partagez
    avatar
    Krystale Enhyan
    *******
    *******

    Féminin Scorpion Nombre de messages : 356
    Age : 24
    Profession : Lycéenne

    Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Krystale Enhyan le Ven 9 Mar 2012 - 11:37

    ¤ ¤ ¤


    Elle aurait voulu que la lune éclaire et apaise cette nuit troublée mais des nuages opaques envahissaient la voûte céleste. L'air qu'elle respirait semblait malsain et la magie du lieu entièrement bouleversée.
    *Eh bien, moi qui voulait me sentir mieux en prenant l'air...*
    Krystale leva ensuite les yeux vers la Tour Ouest qui lui paraissait étrange. Elle distingua du mieux qu'elle pût une imposante silhouette dotée de deux grandes ailes. La créature fixait la sorcière de ses yeux violacés étincelants et lorsqu'elle croisa son regard perçant, Krystale sentit son élément interne fortement perturbé.
    *Pourquoi donc y'a-t-il un dragon perché sur la Tour Ouest? Je croyais que ces créatures n'existaient plus à l'état sauvage! Je ne comprends plus rien, tout est si étrange. Mais que se passe t-il ce soir?*
    Krystale modela au creux de sa main une petite boule de feu en forme de dragon, mais ne pût la garder intacte car les flammes se dérobèrent sous le vent qui s'était subitement levé. La lune profita du mouvement des nuages pour faire enfin une apparition et dévoiler la bête légendaire. C'était un magnifique dragon aux écailles couleur d'acier. Une rangée de pointes courtes mais tranchantes parcourait son échine jusqu'à sa queue. Ses pattes, équipées de griffes redoutables, s'accrochaient sans difficulté au sommet de la tour. Krystale se trouvait face à un Noir des Hébrides, espèce de dragon vivante autrefois à l'ouest de l'Ecosse et mesurant près de neuf mètres de long. Sa tête, ornée de deux grandes cornes comparables à deux lames d'acier, se tourna majestueusement vers la lune. Le dragon ouvrit ses puissantes mâchoires et poussa un rugissement assourdissant. Aussitôt, Krystale amena ses mains à ses oreilles et c'est à cet instant qu'un sorcier en cape grise apparut devant elle. Elle ne pouvait distinguer ses traits car une ample capuche couvrait son visage et une légère brume entourait tout son corps. Elle déduisit rapidement que ce mystérieux personnage était un sorcier Aéra et comprit soudain pourquoi l'essence de l'air était différente ce soir. Le rugissement du dragon s'estompa progressivement dans la nuit. Krystale, qui refoulait son angoisse demanda alors au sorcier:
    -Qui êtes-vous?
    Le souffle du vent fût son unique réponse. Elle sentit soudain le regard insistant de l'étranger la scruter et ne pût empêcher le malaise de la gagner. S'apercevant de la faiblesse de la jeune fille, le sorcier, sans esquisser un seul mouvement, comprima l'air autour d'elle. Krystale qui ne le remarqua pas instantanément réitéra sa question:
    Mais qui êtes-vous? Que...voulez...vous?
    Le souffle commençait à lui manquer. Elle comprenait maintenant ce qui lui arrivait.
    Laissez...moi...
    Aucun son ne réussit ensuite à sortir de sa bouche. Ses poumons se comprimaient toujours plus, tandis que sa gorge s'asséchait. Elle chercha à se dégager de cette emprise invisible qui la privait d'oxygène lorsqu'une idée lui vint à l'esprit. La jeune Fero s'enflamma de tout son corps en délivrant une quantité suffisante de flammes autour d'elle. De cette manière elle étouffait l'air qui viendrait à manquer au milieu des flammes, l'ennemi perdrait alors le contrôle et Krystale pourrait à nouveau respirer - car chaque sorcier peut naturellement respirer lorsqu'il est plongé dans son élément. Son plan fonctionna comme elle l'avait espéré. Lorsqu'elle sentit que le sorcier, sous l'effet de la surprise, ne l'opprimait plus, elle courut le plus vite possible chercher de l'aide.
    Le dragon impatient poussa un nouveau rugissement au dessus d'eux. Son maître, le sorcier Aéra, regardait Krystale lui échapper et dit d'une voix obscure:

    -Je t'avais mal évalué je l'avoue, mais tu ne me surprendras pas une deuxième fois.


    Dernière édition par Krystale Enhyan le Sam 10 Mar 2012 - 17:05, édité 3 fois
    avatar
    David Escuro
    *******
    *******

    Masculin Vierge Nombre de messages : 88
    Age : 25
    Profession : Pyromane Dérangé

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  David Escuro le Sam 10 Mar 2012 - 13:37

    *S'élançant de part et d'autre de l'arène, David esquivait sans effort les sortilèges de son adversaire. Puis profitant d'un créneau durant lequel sa garde était baissée, il lança un puissant sortilège qui mis à terre son assaillant. Le combat était fini, il était devenu champion du tournoi et...*

    - Brrrbrrrr! Brrr!

    David ouvrit brusquement ses deux yeux ambrés et se redresse de son lit d'un coup sec. Vraisemblablement, son rêve avait coupé court. Puis, d'un regard blasé, il se tourna vers sa salamandre.

    - Iblis... On s'était pourtant mis d'accord, tu devais arrêter tes exclamations nocturnes, tu n'es plus un bébé !

    Mais Iblis semblait quelque peu agitée, et cognait son bac dans tous les sens. David intrigué, la sortit et la posa sur son lit afin de la calmer. Mais à peine eut-il fait un geste que celle-ci lui mordit la main assez fort pour le faire lâcher, puis elle se mise à ramper à toute vitesse en dehors de la pièce.

    - Oh ! Hé ! Où est-ce que tu vas ?!

    Enfilant rapidement de quoi se vêtir décemment, il se lança à la poursuite de son familier, qui semblait l'avoir attendu dans un coin, avant de reprendre la fuite à la vue de son maître.

    *C'est étrange... On dirait qu'elle m'incite à la suivre. Mais qu'est-ce qui lui prend? Elle n'agit jamais ainsi, même lorsqu'elle flaire de la nourriture.*

    Iblis faisait partie d'une éspèce de salamandre nommée Salamandra Ignis, à cause de son affiliation avec le feu. Outre cette caractéristique, elle était plus grande que les salamandres traditionnelles, et se déplaçait rapidement, assez pour aller à la même vitesse qu'une personne en train de courir. C'est pour cette raison qu'elle donnait du fil à retordre à David, qui éprouvait un certain mal à la rattraper. Plusieurs minutes plus tard, tandis que nos deux compères s'étaient déjà bien éloignés des dortoirs, un puissant et violent cri venant de l'extérieur retentit dans les couloirs. Dès lors, David stoppa net sa course.

    *Qu'est-ce que...?! C'était quoi ça, à l'instant? Ce cri... Il doit y avoir une chose monstrueuse pas loin d'ici... C'était donc ça qui t'a perturbée, Iblis?*

    La salamandre, qui s'était également arrêtée un court instant, reprit son avancée, suivie par son maître. Après plusieurs couloirs, elle s'arrêta enfin, et le jeune Fero pu la reprendre dans ses bras. Il la posa sur son épaule et elle enroula sa queue autour de son cou, comme à son habitude. Cependant, quelque chose clochait. Il règnait une atmosphère lourde et pesante, et avec le cri qui avait retentit un peu plus tôt, cela n'augurait rien de bon. David voulu en avoir le coeur net et se dirigea vers la cour, mais un second cri, qui semblait encore plus féroce que le premier, se fit entendre. C'est alors qu'il vit quelqu'un courir à toute vitesse dans sa direction; au vu de sa tenue et de ses cheveux, c'était une fille. Il fallut quelques secondes pour qu'il réalise qu'il s'agissait en fait de son amie Fero, Krystale. Elle semblait plutôt chamboulée.

    - Krystale! Qu'est-ce qui s'est passé? Tu es bléssée?!
    avatar
    Zajolah Xamendor
    Directrice d'Aera
    Directrice d'Aera

    Féminin Taureau Nombre de messages : 274
    Age : 30
    Profession : Directrice d'Aera/Professeur de Musique Magique

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Zajolah Xamendor le Sam 10 Mar 2012 - 14:35

    La nuit, un milieu de noir égal a celui dans lequel elle était plongée en permanence, permettait d’être plus en communion avec tout le monde. Dans cette atmosphère, chaque personne ressent des sensations particulières. C’était un des moments privilégiés de Zajolah. La fraîcheur des soirées la berçait et l’apaisait, lors des moments de nostalgies, de ne plus pouvoir percevoir les couleurs si chères a ce monde. Biensûr, la jeune femme avait su développer une autre perception de la vie, a travers les bruits, les sons, les odeurs arrivant même a palper un sentiment sincère (car on peut être dupé lorsque l’on voit mais pas lorsque l’on ressent l’âme véritable de quelqu’un). Mais la mélancolie la prenait parfois.

    Ce soir là, il avait été impossible pour elle de s’endormir paisiblement. Après avoir veiller fort tard ( en corrigeant tous les devoirs qu’elle avait, en composant une mélodie, en jouant du piano pendant plusieurs heures), elle n’arrivait toujours pas à s’assoupir. Quelque chose la perturbait. Une sorte de mauvais pressentiment. N’en pouvant plus de rester sagement dans sa chambre, elle se décida a sortir. Prendre l’air lui ferait le plus grand bien et lui permettrait de voir sa belle licorne Symphonia.

    Se levant élégamment de son lit, elle prit soin de déposer une douce robe de chambre mauve sur sa robe de nuit blanc cassée. Elle prit soin de ne pas réveiller les autres professeurs en refermant doucement la porte de sa chambre et se fit voleter jusqu'à l’extérieur. L’air était frais et Zajolah prit une grande bouffée. Ca n’apaisait pas sa tension intérieure mais elle se sentait dans son élément, celui de l’air.

    Ses pas nus se guidant sur la pelouse accueillante, elle marcha longuement, s’imprégnant des éléments de la nature qui l’entourait. Des hululements de hiboux, des insectes aux multiples pattes chatouillant les feuilles des arbres, jusqu’à ce qu’elle arrive a son amie animal. La blancheur de la licorne, hébergée dans le parc à l’écart du trop curieux, éblouissait l’ambiance sombre et obscure. Impossible pour l’aveugle de voir ce spectacle mais les renâclements de plaisir de ce cheval mythique lui réchauffèrent le cœur.

    - Bonsoir ma belle.

    Zajolah, tout sourire vint lui caresser l’encolure et lui déposer un baiser sur son front. Cette présence était tellement importante pour elle. Un animal sait vous comprendre et vous soutenir qu’importe les maux qui vous rongent.

    Cela faisait maintenant un long moment que la jeune professeur se détendait et chouchoutait la licorne.
    Un mouvement.
    Mais ce n’était pas n’importe lequel. Une espèce volante de large envergure venait de la surplomber l’espace de deux petites secondes. La densité était impressionnante et une forte puissance de magie s’en dégageait. Cela n’avait rien d’habituel et n’annonçait rien de bon. Le sixième sens de Zajolah avait –malheureusement – vu juste. Un hurlement de dragon lui confirma son ressentiment.

    Ni une, ni deux, elle monta rapidement sur Symphonia et galopa en direction de la cour, lieu de la provenance du cri. Son cœur battait a tout rompre, la peur n’était pas absente. Mais le courage et la protection des centaines de vies étaient en jeu.
    Les sabots se précipitaient. Il fallait agir vite. Le cri aurait réveiller des élèves. L’attaque d’être malveillant ne tarderait pas. Faisant le plus vite qu’elle pouvait pour atteindre la cour, elle entendit la voix du Maximillen Kroëner au loin mais sa fine ouïe la fit se faufiler dans tous les jardins que possédaient l’académie jusqu'à elle.


    - Réveillez-vous tous ! On nous attaque ! Préparez-vous en vitesse et prenez vos baguettes !

    Le professeur Contre les Forces du Mal connaissait son affaire et avait pensé habilement à prévenir les autres collègues. Tous étaient en garde. Une menace pesait sur l’enceinte et tous le corps enseignant se devait de respecter ses engagements.
    Pas de doute que Zajolah ferait tout son possible. C’est alors qu’elle atteignait le centre de la Cour et entendit une voix mal-attentionnée s’exprimer


    -Je t'avais mal évalué je l'avoue, mais tu ne me surprendras pas une deuxième fois.

    Le ton employé semblait machiavélique mais le plus inquiétant est qu’il s’adressait forcément à une personne. Comment était-ce possible ? De plus, un vaste souffle d’air entourait le mage. Un puissant Aera. Dommage que son choix se soit porté sur le côté obscur de la force.

    Zajolah se rapprochait de plus en plus. Elle perçut des pas qui couraient en direction des Grandes Portes menant au Hall, puis une voix plus lointaine s’exprimer.


    -Krystale! Qu'est-ce qui s'est passé? Tu es bléssée?!

    Tout s’éclaircissait pour la jeune femme. Krystale , une des élèves Fero et une des siennes car musicienne, s’était retrouvée en face à face avec le sorcier inconnu. Pourquoi et comment, il serait question de voir cela plus tard. Il fallait avant tout que ces deux élèves soit en sécurité et cela passait par neutraliser l’envahisseur.

    Zajola saisit sa baguette, déposée à sa ceinture blanche, et la tendit droit vers l’Aera tandis que Symphonia s’arrêtait nettement, à cinq mètres de l’ennemi. Le visage fermé, prête a agir et a manier sa baguette, elle s’exprima d’une voix sèche et déterminée.


    - Vous non plus vous ne nous surprendrez plus.


    Dernière édition par Zajolah Xamendor le Dim 11 Mar 2012 - 22:49, édité 3 fois
    avatar
    Krystale Enhyan
    *******
    *******

    Féminin Scorpion Nombre de messages : 356
    Age : 24
    Profession : Lycéenne

    Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Krystale Enhyan le Sam 10 Mar 2012 - 17:04

    La jeune Fero fuyait en direction du Hall d'entrée. Elle ignorait ce que le sorcier préparait dans son dos mais l'arrivée de la brume dans la cour ne présageait rien de bon. A peine eut-elle tournée dans l'allée, Krystale aperçut une silhouette au milieu de sa trajectoire.

    *Pourvu que ce ne soit pas une nouvelle mauvaise rencontre...*

    Quelques secondes de plus lui suffirent à discerner son ami Fero. Agréablement surprise de découvrir David en face d'elle, Krystale se sentit beaucoup plus en confiance. Elle se souvint néanmoins du danger qui les menaçait et voulait absolument lui dire ce qu'elle avait vu, mais il ne lui en laissa pas le temps car il s'exclama:

    - Krystale! Qu'est-ce qui s'est passé? Tu es blessée?!

    -Je vais bien David. Il y a un... C'est... J'ai été attaquée par un sorcier... On ne doit pas rester là, il peut revenir n'importe quand... Et apparemment il a un dragon, un Noir des Hébrides...

    Ressentant un vif élancement dans sa cage thoracique à chacune de ses phrases, Krystale reprenait son souffle fréquemment. Elle remarqua que son ami était totalement déboussolé et la salamandre perchée sur son épaule excessivement tendue, ce qui l'inquiéta un peu plus car elle imagina Hebi, son serpent, dans le même état. Mais l'atmosphère ici l'inquiétait beaucoup plus. La brume s'était subitement épaissie. Le sorcier se préparait à attaquer, seulement, contrairement à ce que Krystale pensait, ils n'étaient pas la cible.
    A l'affût la jeune sorcière se jeta sur la baguette qui devait se trouver dans l'étui à sa ceinture, sauf que, croyant seulement faire un petit tour pour prendre l'air, elle l'avait laissé sur la commode située à côté de son lit. A l'évidence, son seul moyen de défense était le feu. Elle regarda David.

    -Je ne comprends rien à ce qui se passe, mais crois-moi, on est dans une situation qui va très vite devenir pénible.







    avatar
    Archibald Zéphir
    Aera
    Aera

    Masculin Gémeaux Nombre de messages : 15
    Age : 36
    Profession : Professeur de Maîtrise de l'Air

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Archibald Zéphir le Dim 11 Mar 2012 - 14:12

    *Archibald était seul dans sa chambre, il corrigeait les devoirs de ses élèves. Il s'étira après avoir noté la dernière copie, il envisagea alors de passer à la salle des Professeurs pour voir si ses collègues y étaient. Il s'habilla en toute hâte, prit sa baguette qu'il rangea soigneusement dans sa poche de robe puis pris la direction de la salle. Il traversa le couloir de l'étage des professeurs et se dirigea à vive allure au rez-de-chausées. Il sifflotait tranquilement en traversant le château. Il y avait beaucoup d'agitation et pourtant la nuit était déjà tombée. Beaucoup d'élève couraient dans tout les sens. Près de lui, une fille trébucha dans les escaliers, il se depêcha de lui porter secours. Elle pleurait et criait à tout le monde...*

    ... - Au secours, un dragon dans l'école, un dragon dans l'école !!

    Archibald - Jeune fille ne dite pas n'importe quoi ! Un dragon dans l'école et puis quoi encore un mage noire...

    Plusieurs autres élèves accoururent auprès de la fille et certifièrent ses dires. Archibald, la bouche grande ouverte demanda où était le Dragon. Il partit dans la direction indiqué par les élèves : la Tour Ouest. Avant de partir, il rassura quand même les élèves en leur disant que les professeurs vont s'occuper très vite de cette créature. Il courra dans les ecaliers et failli pousser un jeune graçon dans le vide en le bousculant par inadvertance. Par les fenêtres, on distinguait une forme noir qui à sa grande surprise ressemblait exactement à un dragon, d'après ses caractéristiques, c'était un Noir des Hébrides. Il était immense,. Plusieurs élèves de 7eme année se hâtaient de rejoindre le lieu du combat pour prêter main forte. Un jeune homme qui lui descendait, lui indiqua que certains de ses collègues étaient déjà en là-bas et qu'ils combattaient un mage de l'Air...*

    # Si Zajolah est déjà en haut l'affaire sera vite règler, quel fou peu bien s'attaquer à une école et comment a t-il passé les barrières magiques...#


    _________________


    Cordialement, M. Zéphir Archibald
    avatar
    Léo Castiel
    *****
    *****

    Masculin Capricorne Nombre de messages : 95
    Age : 23
    Profession : Elève de 5ème année à Fero

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Léo Castiel le Mar 20 Mar 2012 - 17:16

    La nuit était lourde. Léo n'arrivait pas à s'endormir. C'était comme si on avait rajouté du plomb dans l'air. Respirer devenait de plus en plus dur. Il avait l'impression d'avoir déjà vécu ça, mais il n'arrivait pas à mettre un nom dessus. Il était cloitré dans son lit, enfermé dans le dortoir des Feros, et la nuit était tombée depuis bien longtemps. Il se tenait plaqué contre le mur, une jambe repliée et le bras posé dessus. Il n'arrivait même pas à fermer les yeux tant cette atmosphère était pesante. Mais les autres élèves ne semblaient pas s'en rendre compte. Ils dormaient tous profondément, certains même ronflaient. Le jeune Castiel devait être le seul à rester éveillé aussi tard dans la nuit. La lune brillait de milles feu et illuminait le dortoir comme une veilleuse. Ne pas reconnaitre cette impression commençait à l'irriter sérieusement. Il était certain de l'avoir déjà ressentie quelque-part, et pas qu'une seule fois. Comme si c'était plutôt familier. Il avait l'impression que le mot alors sortir de ses lèvres d'une seconde à l'autre mais quelque-chose bloquait son esprit dans son élan. Léo sursauta. La lune avait cessé d'illuminer le dortoir pendant une fraction de seconde. Avait-il rêvé ? Non, il en était certain. Quelque-chose s'était posté devant la lune. Ses pensées commencèrent à creuser ses doutes mais un gigantesque vacarme le bloqua en chemin. Ou plutôt lui certifia ses doutes. Quelque-chose avait bel et bien caché la lune. Quelque-chose d'assez massif pour pousser un rugissement de tout les diables. Un rugissement qu'il connaissait bien.

    Dragon. Et pas n'importe lequel.

    Tout les élèves se réveillèrent en sursaut sous ce bruit ahurissant et commencèrent à courir d'affolement. Ce fut vite devenu la panique générale. Tout le monde se mit à hurler d'effroi en reconnaissant le terrible cri de la bête et évacua le dortoir dans les secondes qui suivirent. Léo devait être l'un des seuls, non pardon, le seul à ne pas être sorti de son lit. Mais personne n'en avait rien à faire. Il restait paralysé, les poings fermés. Heimdal était là, sous son nez. Hors de question de manquer cette occasion ! Le jeune Fero bondit littéralement de son lit et traversa le dortoir, désormais vide, jusqu'à la fenêtre. Il sortir sa baguette et envoya un sort qui était censé l'ouvrir mais le sortilège rata et elle vola en éclat. Qu'importe, le résultat était le même ! Il s'appuya sur le rebord et aidé par ses flammes, il s'envola à plus d'une cinquantaine de mètres de hauteur. Sans grande difficulté, il repéra le dragon qui avait causé ce vacarme. Le voir provoqua des souvenirs dans l'esprit de Léo, mais une seconde plus tard, quelque-chose le stoppa dans son élan mélancolique. Certes, il était de la même race, mais ce dragon n'était pas Heimdal. Il en avait la certitude. Il mesurait une dizaine de mètres, la peau noire et écailleuse. Des pointes sortaient de son crâne, orné de deux cornes taillées, jusqu'au bout de sa queue finissant en flèche. Il se tenait sur la tour Ouest de l'académie et son regard s'était porté sur le rouquin qui avait cassé la vitre. Ses mains s'emplirent de flammes et le propulsèrent jusqu'à la gigantesque bête. Cette dernière l'éjecta d'un coup de queue sans que Léo ne puisse réagir. Ce ne fut qu'au dernier moment que le Fero plaça ses mains vers le sol et envoya une vague de flammes suffisamment forte pour lui faire faire un salto arrière et le faire réceptionner sa chute de plus de 50 mètres, sans quoi il en serait mort. Une certitude s’immisça dans son esprit : Ce sera pas de la tarte.

    Léo se rendit compte qu'un filet de sang coulait au niveau des côtes. Rien de bien grave, mais assez pour le persuader d'éviter de se faire toucher à nouveau par cette queue aussi coupante qu'une lame. Comment avait-il pu l'oublier ? Alors qu'il avait eu à faire à Heimdal plus d'une fois ? C'était pas le moment de flancher, le dragon revenait à la charge. Lorsque la bête volait à ras du sol pour coincer sa proie entre ses deux puissantes mâchoires, Léo prit impulsion avec ses flammes, fit une acrobatie aérienne et envoya plusieurs boules de feu sur le Noir des Hébrides. Quand il devint hors de portée, il prit impulsion quatre ou cinq fois sur ses pieds avec ses flammes pour se poster au sommet de la tour Ouest, là où se tenait le prédateur quelques secondes auparavant.

    - Je sais pas d'où tu viens, ou si tu as un rapport avec Heimdal, mais tu vas me le dire !

    Pour seule réponse, il eu un nouveau rugissement. Il allait revenir à l'attaque. Et pas plus tard que tout de suite !
    avatar
    David Escuro
    *******
    *******

    Masculin Vierge Nombre de messages : 88
    Age : 25
    Profession : Pyromane Dérangé

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  David Escuro le Mar 20 Mar 2012 - 23:26

    Soulagé de voir qu'elle n'était pas blessée, David constatait cependant que Krystale avait subi un choc plutôt conséquent suite à sa précédente rencontre, cela se voyait dans sa façon de parler et de reprendre son souffle. Un état d'effroi qui lui rappelait de mauvais souvenirs, et qu'il n'aimait pas voir chez son amie. Il ne remarqua qu'ensuite l'épaisse brume qui avait investi la cour. Au vu de la situation, elle devait être tout, sauf naturelle. Il vit que la jeune Fero fit un geste instinctif pour se saisir de sa baguette, mais qu'elle n'était pas là, sans doute l'avait-elle laissée ailleurs. Il releva la tête et regarda frénétiquement aux alentours, cherchant une idée sur ce qu'il fallait faire par la suite, lorsque la jeune fille l'interpella.

    -Je ne comprends rien à ce qui se passe, mais crois-moi, on est dans une situation qui va très vite devenir pénible.

    Elle avait raison, ce n'était pas le moment de perdre du temps. Il fallait tout d'abord s'assurer d'être préparé.

    - Commençons par récupérer ta baguette, ce sera plus sûr pour toi dans un premier temps. Et je ne tiens pas à être ici quand ce lézard aura envie de faire flamber quelque chose.

    D'un geste de bras, il la fit passer devant vers les couloirs qui s'éloignaient de la cour. Regardant derrière eux dans un premier temps, ils commencèrent à courir, le temps pressait, et aucun endroit ne pouvait être réellement sûr. Gardant sa baguette en main, David suivit sa camarade de près, car le Dragon n'était peut être pas la seule créature ayant investi l'école. La direction qu'ils prenaient lui indiquait que Krystale avait dû laisser sa baguette dans les dortoirs par mégarde. Après tout, qui aurait pu penser que de tels monstres allaient apparaître?
    avatar
    Krystale Enhyan
    *******
    *******

    Féminin Scorpion Nombre de messages : 356
    Age : 24
    Profession : Lycéenne

    Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Krystale Enhyan le Sam 14 Avr 2012 - 10:08

    [ -> Je pense qu'un petit récapitulatif s'impose:

    -A partir de cet instant David et Krystale ne se trouvent plus dans la cour, ils sont dans la tour Est. Nous n'écrirons donc plus sur ce post.
    -Le sorcier est sur le point d'attaquer Zajolah.
    -Archibald arrive sur les lieux
    -Léo se bat contre le dragon (s'il pouvait ne pas se battre tout seul contre lui ce serait mieux, je trouve que ce n'est pas très réaliste sinon ^^)

    Voilà, bon jeu à tous!
    ]
    avatar
    Zajolah Xamendor
    Directrice d'Aera
    Directrice d'Aera

    Féminin Taureau Nombre de messages : 274
    Age : 30
    Profession : Directrice d'Aera/Professeur de Musique Magique

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Zajolah Xamendor le Sam 14 Avr 2012 - 17:34

    Un sourire figé vint se poser sur le visage encapuchonné du Mage. On osait le provoquer ? L’homme imposant détacha son attention de l’élève qui s’enfuyait pour se tourner lentement vers son nouvel adversaire. Zajolah pointait sa baguette droit sur son cœur, le regard figé mais déterminé. Le sorcier s’esclaffa d’un rire glacé.

    - Ah vraiment ?

    C’est alors que l’épaisse brume qui l’entourait se développa l’espace de quelques secondes, en formant des tourbillons de fumée et qui laissèrent dessiner des dizaines de nouvelles silhouettes. Bien que les particules piquaient les yeux, les Ombres laissaient deviner des copies identiques au Mage. Des dizaines de Mages souriaient sadiquement.

    Certes, Zajolah n’en avait que faire de la brume qui dissipait son ennemi, cela n’avait aucun impact sur elle. Par contre, il avait su déceler son handicap et s’était multiplié. Ainsi, elle était dans l’impossibilité de repérer le vrai Mage – malgré ses déplacements.

    - J’ai une mission à accomplir et je ne me laisserais pas impressionner.

    Toutes les Ombres avaient murmuré cette même phrase, créant un écho et un bourdonnement. La jeune sorcière était manifestement sans repères. Pourtant son visage restait tout aussi stoïque. Hors de question de se laisser dominer, bien que sa capacité allait être réduite.

    Sur l’offensive, Zajolah libéra une boule d’air au creux de ses mains. La vitesse de l’air prenait de plus en plus d’ampleur, grandissant dans ses bras qui s’élargissait. Ses cheveux partirent en batailles, les feuilles des arbres s’activèrent vivement et l’herbe de la pelouse était désormais à l’horizontale. C’est alors que Zajolah lança sa force élémentaire en direction du Mage. Ce sort avait pour but de décimer les copies et de se retrouver face au véritable danger. La boule d’énergie s’ébroua vers l’avant. Alors qu’elle était sur le point de frapper le centre de la ligne des sbires, le VRAI Mage tendit sa main et créa un mur d’air, créant une bulle violacé autour de lui et de ses protégés. La rencontre entre ses deux forces forma une détonation. Quelques Ombres disparurent mais plus de la moitié étaient restées intactes.

    D’un seul coup tous s’avancèrent vers la demoiselle tandis que le Mage joignait ses deux mains en formulant une incantation. Tandis que Zajolah se débâtait avec les silhouettes, en les dissipant une a une a coup de « Répulso Aero » - faisant disparaître des assaillants dans des trous noirs d’airs - le Mage faisait voler des pierres dans sa direction, créant une sphère venteuse et rocailleuse. Au dernier mot de sa formule, il étira ses deux mains vers l’avant et son sort se précipita vers Zajolah. Celle-ci, venant à peine d’achever sa dernière cible, se trouva catapulter de sa licorne en une fraction de seconde.

    Réactive, elle se refusa de voir son crâne détruit sur la cîme d’un arbre et atténua le choc avec un tapis d’air. Mais l’impact violent eut tout de même lieu. La sorcière ne pût laisser échapper un crissement de douleur. Sa tête avait frappé le tronc de l’arbre et la masse avait touché son bras gauche. Du sang ruisselait de sa chevelure et de son bras gauche, désormais à découvert car la puissance du sort avait déchiré son habit.

    Au même moment, elle sentit une forte flamme à ses côtés, suivit d’un rugissement de dragon. Le sorcier resta furtivement et s’en alla de nouveau. Déboussolée, la directrice des Aéras entendit -venant du combattant- ses quelques mots :


    - Je sais pas d'où tu viens, ou si tu as un rapport avec Heimdal, mais tu vas me le dire !


    La voix de Léo Castiel fit reprendre instantanément ses esprits à la jeune femme. L’élève Fero se défendait seul face à l’être féroce, ce qui expliquait pourquoi le Mage ne l’avait pas diriger contre elle et Symphonia. Le devoir de la demoiselle était de protéger les élèves et pour l’heure, elle échouait lamentablement. De plus, elle se laisser mener en bateau par le Mage.


    *Ca ne doit pas de passer comme cela. Ca ne va pas se passer comme CA !!!*

    Serrant les dents, Zajolah se releva difficilement de son réceptacle abrupt. Son état pitoyable réjouissait le Puissant Mage, qui la regardait se remettre sur pied, confiant. Affaiblit comme elle l’était, il prouvait sa domination et sa force.

    Une fois debout, Zajolah releva sa tête en direction de son bourreau. Non, elle n’était pas vaincue, non elle n’avait pas dit son dernier mot, non elle ne le laisserait pas blesser quiconque d’autre. Ses yeux se tournèrent vers ceux qui la regardaient malicieusement. C’est alors que Zajolah se déplaça en titubant dangereusement vers sa licorne, à terre par la force d’énergie développée par l’Aéra. La souffrance physique et morale du professeur semblait combler le Mage qui la regarda s’accroupir auprès de sa jument féérique.

    Accroupie, Zajolah caressa le flanc de son amie. Celui-ci se relevait et s’affaissait encore. Le pire n’avait pas été encore fait et elle savait Symphonia très forte. C’est pourquoi elle allait lui confier une mission. Elle lui chuchota des mots de réconforts et d’un coup d’un seul, deux grandes ailes apparurent sur le dos de la licorne, ainsi transformée en Pégase. Les yeux de Symphonia s’ouvrirent comme par magie et les ailes magiques commencèrent à s’actionner pour la faire voler en direction de la tour Ouest. En effet, Zajolah venait de réanimer son animal pour aider le jeune Monsieur Castiel à se défendre face à la créature volante. Le sortilège entourant son cheval légendaire ferait bouclier pour Léo. C’était encore une épreuve dangereuse mais elle savait que quoiqu’elle essaierait de faire ou de dire, Léo resterait là pour se battre, pour défendre et resterait campé sur ses positions. Dans ce cas là, il valait mieux qu’elle l’aide, c’est pourquoi Symphonia prit sur son dos – sans qu’il ne demande rien et sans qu’il ne puisse opposer de défense – Léo.

    Assistant à toute la mise en scène, le Mage Noir ne quitta pas du regard la créature tenté de combattre son dragon, bien plus imposant et pour qui il n’avait aucune inquiétude. Il retourna son regard invisible aux yeux de tous vers l’arbre, qui gardait des vestiges ensanglantés de la jeune femme Aera… qui avait disparut. DISPARUT ?


    - Ne me sous-estimez pas.

    Soudain, Zajolah surgit à ses côtés, à dix centimètres de lui. Son regard lançait des éclairs et elle tendit sa main face au visage du Mage. Des tresses argentées apparurent et l’entourèrent, l’immobilisant. Tout son corps sembla se faire encercler. Pour se défendre, le Mage fit en sorte que la brume obscure s’intensifie autour d’eux, faisant diminuer l’oxygène et étouffer la sorcière.

    Une sphère vaporeuse et luminescente se dessina au centre de la cour. Le duel était enclenché. DEUX sorciers Aera pour UNE victoire.

    avatar
    Léo Castiel
    *****
    *****

    Masculin Capricorne Nombre de messages : 95
    Age : 23
    Profession : Elève de 5ème année à Fero

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Léo Castiel le Mar 8 Mai 2012 - 15:08

    Suspendu au sommet de la tour Ouest, Léo réfléchissait à un plan d'attaque. Il en profitait également pour observer les alentours, sentant la présence d'autres créatures. Il apercevait du côté de la tour Est des araignées et des scorpions géants grimper le long de la tour, attendu par des élèves au niveau des fenêtres qui lançaient des sorts pour les empêcher de monter. Qu'est-ce qui se passait ? Pourquoi étaient-ils soudainement attaqués par des créatures magiques ? Mais revenons-en à nôtre dragon. Ce dernier s'était retourné et fondait droit vers le Fero pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Le temps que Léo reprenne son attention vers lui, il était déjà trop tard. Le dragon était déjà à porté et il entendit comme un claquement de langue. Cette petite dénotation, prélude avant le souffle de feu. Léo était fichu. La bête ouvrit sa gueule et envoya son souffle enflammé vers le corps de sa proie. Proie qui avait disparu. Sans crier gare, quelque-chose avait bousculé Léo et l'avait réceptionné sur son dos. Léo comprit qu'il s'agissait d'un cheval ailé. Plus précisément une licorne ailée, à en voir sa corne ornant son front. Ce dernier tourna la tête pour croiser le regard de Léo. Il comprit alors d’où elle venait. Sa maitresse l'avait envoyé pour le protéger. Et cette maitresse ne pouvait être que cette professeure aux yeux argentés. Mais de quoi elle se mêlait celle-là ?! C'était son combat ! Il était hors de question de recevoir de l'aide ! Depuis son plus jeune âge, il à été confronté à plus d'une fois un dragon comme celui-ci, et jamais une bête magique n'était venu l'aider. Et ça n'allait pas changer !

    Cependant, cette licorne lui permettait de prendre un temps de pause pour analyser la situation. Le dragon, qui continuait sa charge, commençait à se redresser pour se retourner. Des éclair fonçaient vers lui, dont leur origine venait des baguettes de quelques professeurs et une poignée d'élèves qui avaient enfourchés des balais. Mais l'efficacité de la magie est très réduite face à ce genre de créature. Léo mit au point un début de plan.

    - Bon, toi la licorne ! Si tu veux m'aider, alors fais-moi confiance !

    Il agrippa la crinière de la licorne et l'aida à se pencher pour qu'elle fasse face au Noir des Hébrides, qui était maintenant retourné. Un dragon était buté, il n'a pas trente-six milles tactiques d'approches. En fait, il en a au moins deux. Et peu importe laquelle il choisira, ce sera forcément la bonne. La licorne plia les ailes pour fondre vers la gigantesque bête en face de lui. Son adversaire en fit de même. Léo ne possèdera qu'une demi-seconde pour agir. Il n'était même pas sur que cela fonctionnerait, mais il fallait essayer. Le vent tenta une résistance contre la vitesse de la monture. Le dragon n'était plus qu'à 50 mètres. 40 mètres. 30 mètres. 20 mères. 10 mètres. Une détonation claqua. Parfait ! Léo posa ses main sur le coup de la licorne, prit appui pour poser ses pieds sur le dos et prit impulsion pour sauter à l'ultime seconde. La licorne changea de direction en même temps, se protégeant du souffle du dragon grâce à son mur de vent. Léo embrasa tout son corps et prit le plus d'altitude possible, gardant un œil sur le Noir des Hébrides. Une fois qu'il atteignit les nuages, il arqua sa course et piqua en flèche en direction de la grande bête. Le timing était plutôt bon. Léo se rapprochait à vitesse grand V de sa proie. Le dragon ralentissait sa course, s’apprêtant à lever les ailes pour les rabattre et prendre de la hauteur pour se retourner. Il n'en eu pas eu le temps. Léo ouvrit les bras et les referma sur la tête du dragon, bien qu'ornée de pointes qui transpercèrent l'épaule du Fero. La force d'inertie força le dragon à suivre la trajectoire de Léo qui ne lâchait pas prise et l'emporta jusqu'au sol. Un énorme impact explosa, laissant un gigantesque cratère sur la cour. L'impact enfonça encore plus la pointe qui logeait sur l'épaule du Fero.

    Il posa sa main dessus et la fit fondre avec ses flammes pour la retirer du crâne et le permettre de se retirer du crâne de la bête. La douleur l'élançait, mais la pointe n'était pas très épaisse, au moins trois centimètres de diamètre. Il l'empoigna, inspira longuement et la retira d'un coup sec. La douleur se raviva, mais il ne hurla pas. Le plus douloureux était encore à venir. Le sang coulait trop vite, personne n'aurait le temps de le soigner avant qu'il ne se vide complètement. Il n'y avait qu'une seule solution. Il fit apparaitre une flamme sur sa main, arracha la manche de son T-shirt avec l'autre, reprit une longue inspiration, et l'appuya brutalement sur son épaule. La douleur était insoutenable, mais la flamme lui permettait de cicatriser sa plaie. Léo serrait les dents le plus possible, au point qu'il crut à un moment qu'elles allaient céder. La plaie avait fini de cicatriser, il retira donc sa main, exténué. Il faillit perdre connaissance, mais il se rattrapa à la dernière seconde. Un petit bruissement, faible mais suffisant, lui fit entrer ses sens en alerte. Les griffes du dragon s'enfoncèrent dans le sol et dans un brouhaha et un grognement sinistre, la bête se releva. Il était loin d'être mort.

    Léo restait abasourdi par la vision d'horreur qui se tenait devant lui. Son coup n'avait pas marché. Cela a même aggravé la situation car le dragon hurla de colère à cause de la pointe qu'il avait retiré. Ses yeux meurtriers se braquèrent sur sa proie, avec l'intention de lui rendre la pareille. Le rouquin était tétanisé. Il n'avait plus la moindre force de poursuivre l'affrontement. Avant qu'il ne s'en rende compte, le dragon était passé à l'attaque. Il lui plaqua sa patte sur tout le côté gauche de sa proie. Un coup simple, mais dévastateur pour un simple humain, surtout quand ce dernier est à l'agonie. Léo vola une dizaine de mètres plus loin et se ramassa lamentablement, face contre terre. Une de ses côtes s'était cassée. La douleur devenait de plus en plus intense, et celle de son épaule n'avait toujours pas disparue. Il allait mourir, c'était plus que certain. Heimdal était peut-être du genre à s'arrêter quand Léo n'était plus en état de se battre, mais le monstre qui se tenait en face de lui n'était pas de cet avis. Tuer ou être tué, telle est la loi du monde sauvage auquel ils viennent tout les deux. Être tué ? Hors de question ! Léo plaqua sa main contre le sol et prit impulsion pour se relever, et esquiver un coup de queue du dragon par la même occasion. Il recula de quelques pas, titubant à moitié, et prit appui sur ses jambes. Il ferma les yeux un instant et les rouvrit brusquement, braqués sur ceux de la bête en face de lui.

    Ils se regardèrent seulement quelques secondes, chacun lisant les pensées de l'autre. Ils se mirent d'accord sur un point : En finir avec un dernier coup. Léo se concentra, poussa ses sens à leur paroxysme et concentra tout ce qu'il lui restait de magie en réserve en un seul et unique point : Sa gorge. La deuxième étape était de prendre une très grande inspiration, pousser les limites de stockage de ses poumons. Une fois fait, il ne restait plus qu'une chose à faire. Une seconde passa, et la seconde suivante, deux souffles enflammés s'entrechoquèrent. Tout deux semblaient de même puissance, et se consumaient mutuellement eu leur centre. La bataille ne dura pas longtemps. Le souffle du dragon n'agissait que tant qu'il reste de l'air à expiré, et tout le monde sait à quel point cet air s'échappe très vite. Léo expira jusqu'à en faire sortir son âme, mais ce ne fut pas suffisant. Le dragon l'avait emporté de peu, ce qui brûla la surface de peau au rouquin. Ce dernier avait poussé son énergie à ses limites, il ne pouvait plus rien faire.

    - Pu...tain de merde...

    La douleur fut telle qu'il s'évanouit.

    Il ne savait pas ce qui s'était passé après ça, ni si il était encore en vie ou non.
    avatar
    Zajolah Xamendor
    Directrice d'Aera
    Directrice d'Aera

    Féminin Taureau Nombre de messages : 274
    Age : 30
    Profession : Directrice d'Aera/Professeur de Musique Magique

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Zajolah Xamendor le Dim 5 Aoû 2012 - 21:38

    Les lumières du château s’allumèrent au fur et mesure, les flammes des torches montrant l’animation nocturne surgit face a cette violente attaque. Les éclats orangés se découpaient sur la surface de l’immense bâtisse, les ombres se mouvant dans l’obscurité fraîche des Nuits Étoilées. Des morceaux de verres jonchaient la Cour, reflet du passage de l’animal à l’envergure impressionnante sur les vitraux raffinés. Des perles brisées et tranchantes se mêlaient alors au sol habituellement propre de l’enclave extérieure. Mais une guerre venait d’être déclarée et le drapeau blanc ne s’était pas encore hissé à l’horizon. Tandis que deux forces s’affrontaient immobiles, combinant virtuosité et psychisme bien accroché, un autre duel s’exerçaient dans les airs. Un dragon ébène et luisant affrontait un être de Feu chevauchant une Licorne vermeille.

    Voila sur quel tableau débouchèrent les professeurs de vol, d’anglais, d’histoire de la magie et de divination. Ceux-ci avaient été réveillé en sursaut pas l’appel urgent du professeur Maximillen qui avait demandé de l’aide pour assurer la sécurité de leur Ecole, si chère au cœur de tous, et pensant au bien-être des âmes s’y logeant. Logiquement, les bénévoles et sorciers de rangs s’était répartis les zones d’impact, c’est pourquoi naturellement ces quatre collègues s’étaient empressés de se retrouver sur la devanture de l’entrée principale. Mais ils n’arrivèrent pas sans ressentir une certaine crispation. En effet, aucun d’eux ne se doutait de l’ampleur de la tension qui faisait rage ici-bas et de voir que la jeune Zajolah était en lutte contre un inconnu a l’aura magique puissante, malheureusement ce n’était pas bon signe et n’allait pas en leur faveur. Aussi, alors que leurs jambes les portaient le plus rapidement qu’elles leur permettaient, les paires d’iris professionnels reconnurent le fier et vaillant Fero qui se démenait avec la majestueuse créature volante. Une vision quasi apocalyptique…d’autant plus que leurs deux alliés étaient dominés.

    Léo Castiel avait lancé avec grâce et audace une attaque, déstabilisant le Dragon mais celui-ci était hargneux et l’avait projeté dangereusement voire même mortellement sur vers la Terre. Son élément le sauva… Mais a son grand damne, son attaque avait échouée et pire, il était grièvement blessé, son épaule ruisselant de sang. Le professeur de vol ne céda point a la panique. Cet élève avait déjà trop fait, avait ouvert une brèche et elle comptait bien reprendre le flambeau. Elle glissa deux doigts au creux de ses lèvres, découvrant un sifflement sec et énergique. Aussitôt, un balai volant de compétition venant de nulle part de déposa devant elle. Le balai n’eut même pas le temps de se stationner, qu’il était repartit vers le reptile hostile, mené par son maitre prete a en découdre. Cette dernière fût immédiatement suivit du professeur d’anglais, qui avait demander a la rescousse son ami de bois, vestige d’un passé sportif en cette même école et qu’il se plaisait encore a pratiquer.

    La sorcière médium, sujette au vertige, accourut prêt du blessé afin de lui porter secours. Des marques abîmaient son visage d’adolescents. Une tâche vive dominait ce qui restait d’un vêtement, autrefois un haut de pyjama. Le pourpre encore frais signifiait de la violence du combat, de l’état fragile du jeune homme alors évanouit. Heureusement, sa vie n’était pas en danger, l’instinct de la sorcière restée a terre était formel sur ce point. Mais pour ne pas tenir a ce présage, il fallait absolument se mettre a l’abri. D’autant plus qu’elle avait une stratégie mais pour l’appliquer, l’aide de Léo était considérable et sa santé ne devait plus être atteinte. Alors que la professeur de divination se rapprochait de la porte d’entrée du château, que les balais volants s’afféraient a contrôler la source sauvage et animal, le professeur d’histoire de la magie s’approcha du combat terrestre.

    Une boule luminescente et étrangement opaque envahissait les deux sorciers. Il lui était impossible d’identifier l’inconnu mais il avait le regret de voir que sa collègue était en difficulté : des suffocations féminines lui parvenaient. Après avoir jeté un coup d’œil a ses amis aériens – le Dragon était mal entouré se plut-il a pensé – il se décida de venir en aide à la cadette des professeurs : il ne pouvait pas laisser cet étrange Mage blessé une fois de plus un Homme. Baguette brandit, il visa le personnage encapuchonné et s’exécuta :

    - Expelliarmus Maximus

    Cette formule, complexifiée, devaient permettre de percer la sphère puissante et déstabiliser l’assaillant. Malheureusement, cela n’eut pas l’effet escompté. Le flux jaunâtre se répercuta sur la surface lisse et s’évanouit en fumée, comme n’ayant jamais existé ! C’était pourtant un bon professeur expérimenté et c’était bien la première fois qu’il voyait une de ses exécutions s’enfuir aussi futilement. Mais il ne renonça pas a cet affront et répéta ce geste, et autres sorts dans la même direction, ciblant au millimètre près toujours au même point.
    Rien. Toujours Rien.
    Le bouclier, telle une cage qui gardait au chaud ses prisonniers, ne faiblissait pas, au contraire. Son éclat s’amplifiait, créant un véritable bulle évanescente… Homme réfléchit, il s’arrêta et fit défiler ses idées dans sa tête. Qu’est-ce que cet étrange phénomène voulait-il dire ? C’était un refus qu’il participe au duel. L’inconnu voulait l’exclusivité avec sa proie, Zajolah.

    Un cri aigu perça alors la bulle de nacre. La brutalité de ce déchirement, fit parcourir un froid dans le dos de chaque personne présente. Un déclic. Le professeur d’histoire, parmi les milliers d’hypothèses qui s’étaient immiscées dans son esprit, eut la réflexion lucide alors que son regard vit ses deux autres collègues encerclaient le volatile. Une sphère terrestre pour une sphère aérienne.


    - Le Mage a utilisé un artéfact pour associer sa Magie a celle de son Noirs de Hébrides ! Il a formé une Magie-Transfo-Associate. La puissance de sa Magie Aérienne à le pouvoir de concilier son Air avec la force du Dragon dans l’air est son univers même. Il a ainsi conçut un bouclier extérieur pour tenir enfermée Zajolah ! Le moyen de mettre un terme au projet du Mage est de maitrisé a sa place son Ami… très chaleureux !

    D’un simple mouvement de baguette, le professeur d’histoire de la magie fit place a son Patronus, un aigle des Condors et le chargea dans les airs glacés de la Nuit. L’atmosphère était quasi irrespirable. Non pas par un manque d’oxygène mais par une forte tension qui séjournait au cœur des professeurs. A cinq professeurs, ils se devaient de réussir leur entreprise et d’exterminer la présence de ces intrus, mais Zajolah était seule, un élève était grièvement blessé. Et comment cela se déroulait-il sur les autres ailes du château ? Combien d’assaillants les envahissaient ? Quel était leur but ? Pourquoi s’en prendre a des vies innocentes ?

    Tant de doutes n’avaient pourtant pas leur place dans un tel combat ! Et le troisième Œil de la médium avait aisément pu lire les inquiétudes dans les âmes de ses amis qui s’afférait autour de l’être aérien. Mais ce dernier était indomptable. Contrairement, trois sorciers pour un unique Dragon, cela semblait largement faisable…pour un Dragon sauvage oui. Étrangement, l’instinct primaire d’un animal est redoutable mais sait également entrevoir des failles. Mais alors contrôlés par un Mage, c’était une autre paire de manche. Une magie parfaitement maitrisée lui donnait tous les atouts et pas le moindre point de faiblesses. La seule possibilité que les professeurs détenaient était celle de la cohésion et de crée une stratégie. Mais comment l’établir alors que le Dragon ne cessait de s’en prendre au château, arrachant des pans entiers de murs et menaçant des jeunes élèves ou alors se précipitant, gueule ouverte sur les balais et autre aigle argenté ?


    - Nous devons porter nos forces les plus puissantes exactement à la même seconde ! Il n’y a pas d’autres issues possibles ! Les attaques individuelles n’ont aucuns effets, sauf celui de faire grandir sa fureur !

    C’était la professeur de vol qui venait de s’écrier, faisant en sorte de faire part de ses observations a l’ensembles de ses collègues. Réfléchie et ne cédant a aucune panique, elle avait eut la possibilité d’observer la Dragon sous tous les angles, sa prouesse pour la voltiges l’épargnant de nombreux assauts de flammes mortelles. De plus, à ses constatations se révélèrent justes, d’autant plus que Léo en avait payé les frais.

    - Et il faut également former un cercle, avec le Noir des Hébrides pour centre si l’on veut faire pencher la balance de notre côté, tel un contre-sort de la cage indestructible qui enrobe l’Ennemi et Zajolah !

    Le professeur d’anglais, étonnamment très à son aise dans les airs, venait habilement de compléter le récit de sa collègue sportive.


    - Très bien. Il faut agir vite et bien. Nous n’aurons pas droit à une deuxième chance !

    S’exclama alors le maitre de l’aigle, dont les yeux ne quittaient pas un seul instant le monstre aux écailles tranchantes, la baguette guidant le filet cristal vers la bête féroce.

    Le professeur de vol, évitant de justesse la queue proéminente du reptile, alla se stationner face au regard orageux et possédé du Dragon, tandis que le professeur de langue opta pour la deuxième zone a risque, l’arrière train dans la queue épineuse revenait dangereusement en sa direction. La condor, pareil a l’éclat des étoiles, se posta à l’est et l’ouest appartenait à l’art du professeur de divination. Cette dernière, qui avait alors un plan derrière la tête, s’apprêtait à faire ressortir tout son art. Fermant les yeux, elle plaqua doucement ses deux mains sur les tempes du jeune homme inconscient. Elle entrait en communication direct avec l’élément de Léo. Sa magie était impressionnante, bien que beaucoup la considérait comme impossible et incongrue. Ces mauvaises langues auraient prit chère si elles avaient vu le bras gauche du roux se dresser vers l’aile ouest du Reptile Volant, des étincelles commanditées par cette dernières se dessinant dans la paume tendre.

    Chacun était a sa place, chacun se préparant a un coup de maitre. C’était tout ou rien ! C'est alors que la professeur de Divination se lança, en digne maitre de la réalisation complexe de ce coup double.


    - Ensemble ! Trois, Deux, Un : MAINTENANT !

    Des flux bleus, dorés, pourpres, des flammes rubis se précipitèrent tels des faisceaux de quinze centimètres de diamètre sur l’Obscure Créature. C’est alors qu’un immense choc détonna, créant un spasme de vibration incommensurable. Un éclair aveuglant surgit, égalà la lumière du soleil. La violence des puissances se combinant formèrent une explosion sonore et lumineuse, à la force incomparable et incroyable !








    Dernière édition par Zajolah Xamendor le Lun 10 Déc 2012 - 0:39, édité 1 fois
    avatar
    Zajolah Xamendor
    Directrice d'Aera
    Directrice d'Aera

    Féminin Taureau Nombre de messages : 274
    Age : 30
    Profession : Directrice d'Aera/Professeur de Musique Magique

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Zajolah Xamendor le Lun 10 Déc 2012 - 0:38

    Un feu d’artifice aux sorts d’attaques et de défenses magistrales, peignait la densité du manteau de nuit face a une reptile ailé se débattant et se découpant sur ce fond scintillant.

    Quelques éclats de lumières seulement parvinrent à franchir la fumée âcre du duel, permettant d’éclairer l’espace de quelques secondes le visage clair et meurtri de Zajolah. Mais dans ses yeux, à défaut d’y voir une couleur on pouvait y lire une âme, une âme déterminée a protéger les siens, a vaincre un ennemi. Le duo se poursuivait, indifférent au monde extérieur. Cela se jouait entre eux deux, ils n’existaient que pour survivre a l’autre.

    Les deux Mages aux allures aériennes maintenaient avec férocité sa position dans cette bulle qui était leur. La brume grisâtre se propageait, grignotant la moindre parcelle d’oxygène se trouvant dans son périmètre, tandis que les arceaux argentés s’intensifiaient et se resserraient sur les muscles de l’homme masqué. Mais cela ne pourrait durer éternellement, l’un comme l’autre commençant sérieusement à perdre définitivement leur souffle. Zajolah, ne pouvant viser avec sa vue, s’évertuait à tout manipuler a distance, mais sa mise en apnée forcée lui provoquaient des absences. Elle ne pourrait tenir une minute de plus, au risque de sombrer fatalement dans les limbes d’un sommeil meurtrier.

    Soudainement, la sorcière relâcha sa main, interrompant son sort d’immobilisation, les lianes cessant de se décupler, s’arrêtant de scintiller pour devenir réelles, en métal. Pas le temps de reprendre ses esprits, la voila qui les tendait a nouveau au-dessus d’elle, puis elle fit joue de son corps, valsant à un rythme impressionnant, devenant d’elle-même un tourbillon fulgurant. La vitesse d’exécution associée a sa magie de l’air, permirent à Zajolah – grâce au sortilège Wizadiom – d’éloigner cette brume funeste. Pourtant, il ne suffisait pas d’un « coup de vent » pour empêcher cet ennemi immatériel d’agir c’est pourquoi la jeune femme se permit de lancer une combinaison de sortilège


    - Glacina Agréameoto !


    C’est alors que des nappes de brouillard immergèrent de fines particules de verre, qui s’étendirent, s’agrandirent jusqu’à renfermer la texture vaporeuse en des dalles de verres, retenant prisonnier le gaz sournois. Les blocs formés, il suffit à la musicienne de siffler trois notes – pas une de plus – pour que ces briques de glace se rassemblent et forment ensemble un dême transparent à l’aspect vaporeux. Cela aurait pû être un édifice digne de festivité aux allures féériques si seulement cela ne se serait pas dérouler dans ce cadre.

    Une quinte de toux se répercuta sur la surface plane de la structure nouvellement construite. Zajolah s’époumonait de pouvoir enfin saisir de l’air pur. Un râlement rauque permit également à cette dernière de comprendre que son adversaire – bien que camouflé dans sa cape – n’était pas si inflexible et avait souffert de cette absence de leur élément commun. La robe de soie noire, se levait et s’affaissaient avec lenteur mais beaucoup d’amplitude. Oui, le Mage avait eut le souffle coupé, tant par les cerceaux enchantés que par la performance que venait de créer Zajolah. C’était avec prouesse et maitrise parfaite de son art magique qu’elle avait su cerner les dangers pour les contourner avec talent. Bien que le cœur de débattait avec vive allure dans les entrailles – heureuses de savoir que l’air ne les avait pas quittées cette nuit – le Mage Aera afficha un vil sourire. Zajolah était sa proie. C’était celle qui lui fallait, il n’y avait plus aucun doute, elle était idéale. Profitant de la régénération énergétique de son objectif, l’homme ténébreux d’un claquement de doigts et de quelques murmures réussit a se faire effondrer les arcs d’argent alors transformés en poussière de lune s’échouant sur une pelouse d’émeraude perlée. D’un même instant, des paroles imperceptibles furent prononcées a destination de son allié Tero. Bien que les mots échangés ne furent pas saisit, Zajolah avait su repérer cette source sonore au creux des cris et autres hurlements bestiaux.

    La demoiselle se redressait pour faire – une fois encore – face au Mage Obscur. Les voila qu'ils étaient une fois de plus l’un en face de l’autre, à égalité, aequo.
    Des applaudissements fusèrent alors.


    - Tu as des ressources impressionnantes je dois dire, mais si c’est tout ce que tu as, c’est bien peu face a mes qualités

    Un sourire mesquin apparu a l'éclat du cristal, l'éclat des yeux perçant l'ombre de la capuche du sorcier Aera. Il manigançait quelque chose, de sorte a montrer sa supériorité qu'il jugeait indétrônable et afin de provoquer une fois de plus les multiples capacités de sa cible.

    Zajolah perçut l'attaque furtive qui se profilait face à la jouissance perçut dans les intonnations gutturales de son provocateur. Décidément, il était acharné et persuadé qu'elle était une proie prisonnière de ses griffes. Pourtant, la sorcière possédait également des ressources. Malgré son handicap, on ne lisait pas a travers elle comme un livre ouvert. Elle aussi possédait ses propres mystères et sa propre magie.

    Une détonation immédiate creva le silence de glace du dôme translucide. Et pour cause, ce dernier éclata en une fraction de seconde, faisant s'élever vers les étoiles un épais nuage de cendre éphémère tandis que des milliers de cristaux coupants comme des lames d'acier se formaient a partir des briques de verres brisés. Les stalactites aiguillées et assassines – au lieu de ses fracasser sur le sol et tapisser les brins d'herbe innocents d'une vague de flocons matériel – se dressèrent dans la même direction : Zajolah. D'un violent mouvement de bras, sec et précis, le Mage ordonna a ses fidèles aiguilles de plonger leur pic dans la chaire de son adversaire. C'est alors qu'une pluie fine, précipitée et muette s'abattit vers la professeur.

    Un rire machiavélique éclata dans la nuit, recouvrant les sons de batailles environnant au moment même où l'impact devait avoir lieu. Ainsi martyrisée, elle serait tellement affaiblis qu'il pourrait la cueillir comme une rose aux épines inversées, plongé dans son être, la rendant inoffensive – souffrante mais bien en vie. Mais le Mage s'arrêta précipitamment, comme étouffé. Il s'étranglait ! Il ferma les yeux et cracha. Sa gorge était en feu, tout n'était que sel, graviers et picotements irritants. De plus, ses yeux le brulaient. C'est avec grand peine qu'il réussit a les rouvrir, une vague de larmes le troublant et se déversant sur son visage granuleux. Parmi le flou, il distingua une silhouette dans une large vapeur, de longs cheveux donnant à cette ombre l'apparence d'une chimère immergeant d'un autre monde.

    Zajolah se dressait de toute sa hauteur tandis que des particules de sable blanc s'échouaient tout autour d'elle. Contrairement à ce qu'avait prédité l'attaquant, le silence apparent était toujours une sonorité à qui sait écouter. Grâce a sa musique intérieure, Zajolah avait pû entendre une partition de si bémol et de la dièse, provoqué entre la rencontre du verre en mouvement et le sifflement du vent. C'est de cette manière qu'elle pû trouver une offensive, dressant alors devant elle un mur d'air auto-blocant – c'est-à-dire un filet d'air faisant des aller-retour incessant entre le haut et le bas avec la force d'une tornade – ce qui permit alors de la protéger efficacement. Au contact des pics cristallisés contre ce vent compresser, le verre céda a une forte pression, s'émiettant instantanément et redevenir a son état primaire, celui de sable, celui de poussière. La puissance liée a la vitesse de l'air circulant dans un espace si réduit, confiné, repoussa les grains contre leur maître, qui fut plongé dans une tempête désertique. Le souffle le faisant ployer, sa capuche s'abaissant pour laisser apparaître un visage encore inconnu, le sable lui formant un masque.
    Le Mage a découvert sentit monter en lui une fureur de plus en plus grande. Jusque là, il avait joué à un jeu, dans le seul but de ne pas trop abîmer sa victime, afin de la tester et de lui prouver a qui elle avait affaire. Mais là, il en allait de son amour propre. Il n'allait tout de même pas se laisser mener par une gamine aveugle. Elle voulait se défendre, eh bien qu'elle poursuive. Il avait été clément jusque là. Maintenant, il allait mener la danse tel qu'il l'aurait décidé et elle devrait exécuter les pas qu'il lui autoriserait a faire. C'était lui le Maitre, le Génie, le futur Roi du Monde.

    Ses pensées furent bousculées alors qu'un tonnerre d'exclamations se firent percevoir en direction de la Terrasse du château. Zajolah tourna son visage vers ses applaudissements. Elle ferma les yeux et forma un sourire de soulagement pour la première fois depuis cette soirée. Il était manifeste que les résidents de l'école avait gagné un combat. Une sortie a cette horreur se montrait-elle enfin ?

    Ce fut le cran de trop pour le Mage. C'était normalement sa cousine qui était censé gagner et voilà qu'elle s'était fait avoir par des moins que rien. Et son bras droit qui ne faisait toujours pas son apparition alors qu'il lui avait donné l'ordre de rappliquer. Manifestement, il ne pouvait que compter sur lui ! D'un revers de manche combiné d'une aération fluide et tempérée, il essuya son visage , séchant ses perles de sel et laissant apparaître sa personne. Des yeux bordeaux, une nez aquilin, de fines lèvres et des cheveux acajou , voilà qui le représentait. Tempérament de feu pour un esprit aussi vif et aléatoire que l'air. Chose qu'il désira prouver avec toute sa ferveur. Pourtant, une marque rouge barrait sa joue gauche : le sable l'avait brûler et avait marqué son visage, renforçant le pourpre de sa personne originelle.
    Profitant de cette explosion de joie lointaine – de faux répit pour la petite musicienne – sa perfidie lui permit de donner une nouvelle donne a son combat. Empoignant des pointes associées a des menottes métalliques alors camouflés dans une poche intérieure, il lança avec précision deux de ses armes...

    Alors qu'une onde de chaleur parcourait le corps frigorifiés et abîmé de Zajolah, une douleur lancinante lui empoigna sa cheville gauche et son bras déjà à vif. C'était comme si on lui enfonçait un couteux de plusieurs centimètres dans la peau. Elle s'écria et s'écroula telle une poupée de chiffon sur le sol, ployant sous a douleur qui l'envahissait. En effet, les pointes s'étaient figées profondément dans les pores de sa peau, de sa chaire, de ses muscles allant jusqu'à effleurer les os alors que les arceaux s'enroulaient à l'extérieur. Des larmes de douleurs vinrent d’elle-même et coulèrent sur les joues de marbre de Zajolah. Comment de si petits objets pouvaient provoquer de tel désastres ? L’intelligence et la minutie n’apporteraient-elles pas beaucoup plus dans le domaine de la science, de la médecine, de la magie blanche que dans la création d’objet de tortures ? Ses mains s’agrippaient à l’herbe tandis que des billes liquides venaient a la surface des pores. Toute la fatigue accumulée s’écroula sous ses épaules mais la jeune femme luttait pour garder une contenance. Elle en avait connu des combats, des blessures, des douleurs incessantes, et elle avait serré les dents et les avait affronté avec ténacité et courage. Et cette fois serait de même que toutes les autres.

    Un nouveau rictus fit son apparition sur les traits confiant du Mage. Zajolah lui était soumise, dans un état d’affaiblissement certain. Même si elle avait eut l’audace de le dévoiler – qu’est-ce qu’il pouvait vraiment en être ? Certes, son amour propre avait été attaqué mais son identité en rien découvert. Une marque sur son visage ? Elle avait du se défendre, il en aurait fait de même. Mais désormais, c’est lui qui déciderait de la démarche à suivre. C’était lui le Maitre incontestable. C’est lui qui régnait. Point barre.
    Pour montrer sa bonne foi et faire comprendre définitivement à son « esclave » qu’elle n’aurait plus a prendre la moindre liberté sans son accord, il lui assena un de ses sorts favoris.


    - Endoloris !

    Le sortilège frappa de plein fouet le torse de la femme aux cheveux bi-colore. C’était comme si des miliers d’aiguilles appuyait contre tous ses organes, comme si le feu courait dans ses veines, comme si l’acide rongeait son squelette.

    * Ce n’est qu’une brève souffrance. Ce n’est qu’une ne brève souffrance*

    De l’auto-persuasion. Voila ce que pratiquait Zajolah. Elle se convainquait mentalement et par l’intermédiaire de ses sens qu’elle avait déjà connu bien pire. Elle était restée plus d’un an à Sainte-Mangouste, le plus réputé des hôpitaux sorciers, et durant de nombreuses années et encore au quotidien elle devait de débattre avec des cicatrices qui se réveillaient a chaque sortie de sommeil. Une carapace s’était tissée et ce n’était pas un sortilège qui lui ferait effacer des années de labeur. L’impact la fit se recroquevillée sur elle-même mais aucun cri ne s’échappa. Le Mage répéta sa manœuvre, une fois, deux fois, trois fois…

    * Respire Zajolah. Reste concentrée. Bats-toi *


    Dans son esprit, deux visages vinrent lui apporter réconfort. Ses deux visages, les deux seuls qu’elle ait vraiment connus. Des visages qui restaient ses seules représentations visuelles. Indélébiles.

    Le regard de braise s’acharnait sur sa cible. Pourtant, la satisfaction n’était pas a son comble. Oui, en effet il avait en sa possession celle qui avait dû necessité des mois de travail et de préparation mais elle lui échappait. Car il ne rêvait pas, un sourire sincère fleurissait le visage ensanglanté et cripé de sa prisonnière. Le Mage leva sa baguette, interrompant son geste. Inutile de rester une seconde de plus a essayer de saisir ce brin de femme. Elle jouait avec sa patience et il se devait de rester lucide pour l’accomplissement de sa mission finale. Et puis, le principal, c’était qu’il l’ai.
    Et autant allié le nécessaire ou plaisir. Pour cela, rien de mieux qu’un second sortilège impardonnable. L’Impero serait parfait pour l’obliger a le suivre. Une manière de sortir noblement de ce combat, et montrant aux yeux des collègues « réputés si incroyables pour mérité leur place de titulaire à l’Element Academie » qu’ils n’étaient pas la crème de la crème… ils étaient tellement loin par rapport à lui.

    La baguette se dressa devant lui, les lèvres commencèrent a se mettre en mouvement , jusqu'à ce stagner. Mais où était-elle ? L’angoisse mêlée a de la fureur firent se dilater des pupilles rouges sang. C’était impossible ! Elle était là il n’y avait même pas une seconde ! Elle n’avait pas pû se volatiliser ! Les chaînes avaient été enchantées, la magie avait été paralysée !

    Les chaînes… elles trainaient sur le terrain vers, appliquant a ce dernier une teinte de pourpre. A vrai dire, Zajolah avait profité de la première opportunité qui s’offrit à elle, en sachant qu’elle n’aurait pas une seconde chance. Dès que la douleur volontaire avait cessée, c’était comme si la liberté – et la vérité qui va avec – c’était offerte a elle. A nouveau maître de sa respiration, elle avait tenté de sondé imperceptiblement son adversaire tout en s’évertuant à nourrir son être d’un oxygène bienvenu et réparateur. La reflexion était trop longue pour qu’un sortilège de la Mort vienne l’arracher a ce monde. D’ailleurs, là n’était pas le propos. Au fil du combat, Zajolah avait comprit que c’était elle qui était importante. Pas sa personnalité, mais elle et sa magie. Elle devait vivre. La souffrance n’était qu’ornement mais aucun éclair vert de devait la frapper. Pour quelle raison, c’était un mystère entier. Quoiqu’il en soit, elle ne voulait pas que l’on désigne son destin pour elle.


    *Je suis Zajolah Xamendor et je suis la musique de ma vie *

    Savourant sa victoire, cet instant de recueillement jouissif permit à l’inatention de s’instaurer qu’une fraction de temps. C’est peu ? Disons que c’est juste assez pour la musique de la musicienne de faire vivre son cœur et de tracer sa vie comme elle le déciderait elle.
    Le tissu devint trop ample, les cheveux se raccourcirent, le métal cliquant. La métamorphose de l’Animagi est très rapide voire même invisible a ceux qui ne savent pas la nature de ceux qui la possède. Zajolah est de ceux qui possède ce don mais dont personne n’a connaissance. La forme humaine laissa place – dans un battement d’ailes – a un majestueux phénix blanc. Les objets métaliques laissèrent leur marque sur les pattes et les ailes nobles du puissant animal mais ne purent se figer dans cette aura trop agile. Libéré de ses fers et vifs comme le gré du vent, le rare oiseau s’était échappé de sa prison pour disparaître aux yeux de chacun son existence.

    Les mains viriles de l’Aera tremblèrent de colère. Comment avait-elle pû le duper si simplement ? Il avait beau regarder de tout côtés, aucuns signes d’elle. Il déglutit en fermant les paupières. Au moins, une chose était sûre. C’était bien elle qui lui fallait. Elle était brillante mais il saurait percer son secret, la réduire a néant une fois devenu le Maître incontesté des Aeras et des sorciers dans leur globalité. Elle allait le savoir une bonne fois pour toute !


    J’ai une mission à accomplir et je ne me laisserais pas impressionner. Quoiqu’il en soit je suis TON Maître alors … je suis … mais …. ?!

    Dans sa tirade prononcée avec solennité et hargne, les mots lui échappèrent. Sa contenance s’échappait tel un monticule de brouillard, a raison même que sa tournure du duel. La situation favorable changeait-elle de camp ?

    Le sol vibrait. Une pulsation passait le long de l’échine du Mage. Un rythme semblait s’insinuer dans les airs et se transférait au creux même de la nature alentour. Un claquement furtif se propagea dans le silence nocturne du duel. Bien que sur ses gardes, le Mage ne sachant pas a quoi s’attendre, il fût touché à l’épaule par une branche d’arbre venant de se projeter sur lui. Déstabilisé, ce dernier ce recula jusqu'à répéter ce mouvement a vitesse accélérée car une pluie d’écorce et de feuille se forme tout autour de lui, tandis que des roches plus ou moins escarpés virent rouler dans ses jambes lacérant sa tunique de soie anthracite. Une tempête effrénée naissait alors qu’un bourdonnement grave perça le tympan du Mage. Tout à coup, le sol se fendit, creusant une brèche de plusieurs mètres de profondeur dans la Cour. Des racines sortirent de leur milieu afin d’y laisser la place a ce glissement de terrain interne, emportant avec eux un sorcier Aera complètement prit au dépourvu face a cet élément botanique qui lui échappait totalement. Glissant sur les roches et emporté par les pulsations de terre, il fut précipité dans le puits terreux, l’enlisant parmi le gravier, les branchages et les pierres coupantes. Un cri rauque sortit de sa bouche.

    Sa jambe droite était broyée a cause des décombres et le voila qu’il était quasi enterré vivant. La pluie avait cessée. Un silence de mort s’installa ; malgré les agitations extérieures. Non, il n’était pas mort. Oui, ses veines bouillonnaient. Le voila qui était immobilisé, prit a son propre piège. Sa victime se retournait contre son bourreau, ses alliés étaient des incapables et bien qu’il en eut été conscient de leur infériorité, ils n’étaient même pas présent alors qu’ils étaient indispensable quand à la réalisation de son but ultime. De rage et d’une conviction terrible, il s’époumona physiquement – et magiquement grâce au sortilège muet Sonorus – ces quelques mots :


    - L’AERA n’a pas sa place sous terre !

    Les lettres s’imprimèrent dans l’atmosphère académique, couvrant les combats en cours et ceux déjà terminés, les cris bestiaux – des sortilèges lancés – les pleurs douloureuses. Il voulait se faire entendre de tous ! DE TOUS !
    Son torse – du moins ce qui restait à l’air libre – s’affaissait et se relevait rapidement. Il devait calmer sa fureur pour réfléchir et établir un nouveau plan. Cela ne pouvait se terminer ainsi, c’était impossible…

    Les oreilles de Zajolah sifflèrent face au message amplifié. Non seulement parce qu’elle se situait juste au-dessus de la source mais également car elle avait pû ressentir les noirs intentions qui animait celui qu’elle avait réussit a bloquer.
    Juchée en haut d’un épicéa, Zajolah avait trouvé ce lieu tel un refuge pour dissimuler son plumage scintillant, recouvrir sa forme humaine et poursuivre son combat afin de cesser toute menace sur les sorciers alentours. Ne pouvant compter sur sa vue pour trouver l’emplacement exact du Mage, elle avait alors trouvé l’idée de faire confiance a tout ce qu’il l’entourait : la faune et la flore. A elle alors d’user de son pouvoir musical pour invoquer la musique de l’environnement et de les maitriser. Communiquant le sortilège du Métronome au sapin, des rythmes réguliers traversèrent sa sève jusqu'à atteindre ses racines. Les basses fréquences se propageant dans le sol et s’accélérant en crescendo avait alors fait remuer la terre, jusqu'à créer un tremblement de terre ciblé. Un plan qui fonctionna alors dans son intégralité.
    La musicienne était reconnaissante aux éléments, tellement reconnaissante. Elle leur devait sa condition de magicienne et sa vie saine et sauve.


    - Je te vois

    La musicienne sursauta vivement, devant s’adosser au tronc pour ne pas perdre l’équilibre. La voix avait été à peine murmurée mais l’appartenance de cette dernière était déconcertante. Il s’agissait du Mage. A la musicienne de se faire de nouveau avoir.
    Le repis n’avait pas sa place dans ce tête à tête …

    En effet, le blocage forcé avait permit au Mage à la crinière de lave d’évaluer la situation avec plus de lucidité. C’était un vainqueur. Il était venu en tant que futur Maître du monde, il en partirait avec la pièce manquante qu’il lui manquait pour prouver cette légitimité aux yeux de la communauté magique et moldue. C’est alors qu’une évidence le frappa. Tout avait cessé de trembler a partir de l’instant où les racines s’étaient retrouvées a l’air libre. Une fois cet élément relevé, facile d’assembler le puzzle. Sa musicienne ne pouvait qu’être a l’origine de ce carnage et cela avait été sa possibilité de la neutralisé, malgré son handicap.
    Il l’avait sous-estimé, pensant qu’elle serait facile a manipuler mais cette absence de vue se revela être une mine. La vulnérabilité n’était qu’une idée reçue, rendant les capacités aptes de la demoiselle encore plus féroce. A lui d’agir sur un terrain indolore. Avant cela, il lui fallait s’extirper et trouver le moyen de combattre sans avoir a utiliser sa jambe qui était désormais incapable de la porter. Et l’idée lui vint à l’esprit. C’est alors avec tout son art qu’il réussit a creuse s’avantage le trou dans lequel il était enlisé pendant qu’un vent chaud supérieur le poussa vers le haut. Il ne suffisait plus qu’a se laisser léviter jusqu’à la cachette de sa proie pour lui prouver qu’il était de la course, plus ingénieux que jamais.


    - C’est moi qui choisi les règles.

    Le Mage tendit sa main vers le cou de Zajolah – la pression n’était pas forte juste assez pour l’empêcher de s’échapper- qui n’eut guère le temps d’intervenir. Portée a bout de bras, elle sentit son corps se soulever et quitter la surface rugueuse de l’écorce. L’Aera s’éleva dans les airs , à plusieurs mètres de hauteurs, jusqu'à stagner, mais tenant toujours les mains autour du cou de la jeune femme. Ainsi, dans les airs, Zajolah n’avait plus aucunes sensations de touchers, ne pourrait maîtriser d’éléments extérieurs avec une quelconque musique.

    Il n’y avait plus qu’eux deux et l’air.

    Zajolah le savait.
    Mais elle savait aussi que rien n’était encore terminé.

    avatar
    Léo Castiel
    *****
    *****

    Masculin Capricorne Nombre de messages : 95
    Age : 23
    Profession : Elève de 5ème année à Fero

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Léo Castiel le Mer 12 Déc 2012 - 23:25

    Ténèbres. Voilà le mot qui définissait ce qui entourait Léo à ce moment. Du noir à perte de vue qui l'englobait telle une sphère qui refusait de laisser filtrer ne serait-ce qu'une parcelle de lumière. Les sens du jeune garçon avait disparus. Il n'y avait plus d'odeur, de sons ou de couleurs. Était-ce cela la mort ? Un monde fait uniquement de néant ? Léo se posa de multiples questions, mais une phrase s'insinua dans son esprit. Forte, puissante, insoupçonnable. Plus qu'une simple phrase, il s'agissait d'une certitude : Il était toujours vivant. Comme pour se donner raison, Léo sentit soudain son cœur battre dans sa poitrine. Fortement, comme un cri de désespoir qui lui hurlait qu'il était toujours là. Les sens de Léo revinrent peu à peu, mais ce voile opaque refusait de s'ouvrir. Léo serra plusieurs fois ses poings, comme si son corps n'avait pas bougé, engourdi depuis plusieurs jours. Il ouvrit lentement les yeux et regarda autour de lui. Quelque-chose retira son attention. Quelque-chose de fin, petit, et pourtant qui dégageait une aura étrange. On aurait dit un filin argenté qui serpentait dans les airs, et pourtant, on pourrait presque croire que quelque-chose l'empêchait de s'envoler. Léo suivit le chemin du filin et son autre bout menait... A ses pieds. Comme si le fait de l'avoir vu avait enclenché un mécanisme, des centaines, voir des milliers d'autres filins apparurent de sous les pieds du jeune garçon et s'envolèrent dans cet espace sombre, voguant dans les airs jusqu'à un horizon imperceptible. Certains étaient plus lumineux que d'autres, certains plus courts. Quelques-uns d'entre eux filaient en ligne droite, d'autres formaient un chemin sinusoïdal. Il remarqua que certains fils se rejoignaient en un point, tandis que d'autres formait des embranchements. A peine Léo eut-il le temps de se poser la question sur la nature de ses petits filins que la réponse vint d'elle-même. Forte, puissante, imparable. Ces filins étaient les routes de son destin. Il ne savait pas d'où il tenait cette certitude, mais il n'arrivait pas à se persuader du contraire. Léo regarda tout autour de lui ; à gauche, à droite, en haut, en bas... Une infinité de chemins qui filaient tous vers un horizon différent, dont il était impossible d'en voir le bout. Mais quelque-chose capta son attention, oubliant tout ses petits fils argentés. Lorsqu'il s'était retourné, un autre chemin s'était ouvert devant lui. Bien plus qu'un fil d'argent brillant.

    Un pont de diamant. Gigantesque.

    L'architecture et la beauté de cet ouvrage rendait les fils qui le collaient de près obsolètes. Brillant, impeccable et parfait. Deux colonnes se dressaient sur les extrémités du pont à son entrée. Deux cylindres hauts d'au moins cinq mètres de hauteur, dont des lignes verticales ont étés taillées, avec à leur sommet une sculpture d'un dragon assis, leur regard portés sur Léo. Les deux colonnes étaient reliés par un arche gothique, dont la surface était taillée en relief, montrant une scène de deux dragons se battant avec hargne. Léo reporta son regard sur le pont en lui-même : Il était transparent, et il dégageait une vive lumière tamisée couleur rubis. Le pont devait faire au moins vingt mètres de largeur, sans compter l'épaisseur. Léo n'arrivait pas à en voir le bout, il filait vers un horizon invisible. Après une brève hésitation, Léo posa un pied sur se pont. A peine son pied nu toucha la surface du pont en diamant, il sentit une chaleur se propager sur l'intégralité de son corps, un sentiment de bien-être parcouru chaque fibres de sa peau, traversa chacune de ses veines. Une pensée s’immisça dans l'esprit de Léo : Ce pont était le sien. Il avait été bâti pour lui. Confiant, Léo continua de marcher vers se pont, et chacun de ses pas décuplait cette sensation. Mais alors qu'il marchait, l'esprit serein, une forme se dessina au dessus de lui. Massive. Imposante. Dragon. Il le survola, se retourna et se posa brusquement sur le pont. Malgré cela, la battisse ne sembla pas avoir réagit à cette masse qui venait de se poser sur elle, solide. Le Noir des Hébrides posa son regard sur le jeune Léo, mais ses yeux semblaient avoir changés. Alors que plutôt dans la cour, il semblait empreint d'une sauvagerie animale, il semblait cette fois plein d'esprit et de sagesse. Il ouvrit sa gueule et des mots sortirent dans sa langue maternelle, la langue draconnique.

    - Kiir Dovah, Fent Graan Kro Lok Riik. Enfant Dragon, tu dois vaincre le sorcier du vent.

    Ses mots, graves et puissants, résonnèrent dans un gigantesque écho qui donnait contenance à chacun de ses mots. Et en plus d'avoir une forte voix, les mots draconniques s'insinuèrent dans l'esprit de Léo, comme tatoués dans son esprit, indélébiles, puissants. Après un court silence, il poursuivit.

    - Fahdonkrah Suleyk Fen Aak, Zeymah. Le pouvoir de Fahdonkrah te guidera, mon frère.

    Sur ces mots, le dragon prit une longue inspiration et fit déferler son souffle sur Léo. Le jeune garçon ne ressentit aucune force dans son souffle. Seulement une puissance et un savoir infini qui se logeait dans son cœur et son esprit. Il était en train de se transformer. Il sentait la magie de Fahdonkrah, littéralement "Ami du Froid", se mélanger à la sienne. Il sentait sa magie se régénérer, et bien plus encore, elle semblait ne plus connaitre aucune limite. Sa magie transmettait des messages à son esprit, et celui-ci indiquait au corps de Léo comment se servir de sa puissance. Ses sens étaient à l'affut, bien plus développés que lorsqu'il était humain. C'était la première fois qu'il se sentait aussi vivant. Le dragon finit de lui transmettre son savoir dans un soupir. Sa mâchoire forma un rictus qui ressemblait à ce qui devait être un sourire.

    - Pars, Léo. Libère-moi des chaines de ce sorcier, et accomplis ton destin.

    Ses mots n'étaient plus sortis de sa gueule, mais directement depuis l'esprit du jeune homme. Une connexion s'était établie entre eux, un lien intarissable que d'aucun humain ne pourrait comprendre. Fahdonkrah déploya ses magnifiques ailes ébènes et s'envola loin d'ici, jusqu'à ne devenir plus qu'un point aux yeux de Léo.

    - Au revoir, mon frère.

    Léo savait qu'il ne le reverrait plus jamais. Lorsque le dragon disparut, il leva les yeux au dessus de lui, scrutant un point invisible au delà de cette sphère de ténèbres. Un sourire s'esquissa sur ses lèvres. Un humain n'aurait pas été capable de sortir d'ici. Un dragon le peut. Le dos de Léo s'orna de deux bosses qui, très vites, devinrent de magnifiques ailes couleur crépuscule, identique à la chevelure de Léo. Ils étaient aussi grands que le corps de Léo, repliés sur elles-mêmes. Elle s'étirèrent sans grande difficulté, comme sorties d'un long sommeil, puis se mirent à battre. De plus en plus vite. Léo s'envola vers ce point invisible, de plus en plus rapide. Le voyage sembla long, mais la certitude que la sortie se trouvait là empêcha Léo de rebrousser chemin. Sans crier gare, une fissure de lumière apparut très vite et s'élargit dans tout le champ de vision de Léo jusqu'à l'aveugler.

    Ses yeux s'ouvrirent.

    * * *

    Léo se leva, ses blessures guéries, sa magie restaurée. Il pointa son regard sur la professeur de Divination qui le regardait d'un air ébahi, surprise qu'il soit aussi miraculeusement remit sur pieds, tout comme les autres professeurs qui s'étaient approchés de lui. Son Troisième Œil était chamboulé, son destin avait changé, et elle était incapable de voir son futur au delà de son présent. Pourtant, elle sentait une présence en lui. Forte et puissante. Aussi forte que le Noir des Hébrides qui venait d'être vaincu. Les yeux du jeune homme se plantèrent droit dans ceux de la médium. Elle se noyait dans l'océan bleu-vert de ses yeux qui semblait la scruter bien au-delà de la limite physique, comme si il voyait à l'intérieur d'elle, et comme si ses yeux formaient un barrage implacable contre son don de prescience. Sans dire un mot, Léo tourna la tête pour analyser la situation qui se présentait devant lui. La cour était désormais dévastée et brulée, le dragon avait disparu, ce qui ne surprit pas Léo pour autant. Il ne mit pas longtemps pour trouver deux individus flottants dans les airs ; un homme aux cheveux roux foncés, âgé, à peine la trentaine, en colère, tenait à bout de bras une femme, la vingtaine, de longs cheveux bruns tombants jusqu'au niveau des mollets, affaiblie. Tout deux semblaient blessés, mal au point, et pourtant décidés à se battre. Léo se surprit à savoir tout cela rien qu'en les voyant. Alors qu'ils étaient à une dizaine de mètres de hauteur, en pleine nuit. Il n'était pas encore habitué à ses sens si accrus, si développés comparés à l'être humain. Et il sentait que c'était encore loin d'être ses limites. Léo se rendit donc compte de la situation : Ce sorcier, qui était un Aera sans nul doutes, affrontait le professeur Xamendor. Qui de toute évidence était en train de perdre. Il fit un pas en avant, mais il fut interrompu.

    - Où comptes-tu aller, jeune homme ?! Ce sorcier est trop puissant pour t..., commença le professeur d'Histoire de la Magie.

    Léo tendit sa main, paume ouverte et doigts écartés, geste qui lui intimait le silence. Lui ordonnait le silence. Ce geste était banal, mais ce jeune garçon dégageait une telle aura de puissance et d'autorité qu'il n'eut d'autre choix que d'obéir. Jamais un élève n'avait montré telle autorité, c'était bien au-delà que du simple charisme. Le jeune Fero poursuivit donc ses pas. Un pas, deux pas...

    Il s'envola.

    Le mage noir tenait dans sa main la gorge de sa cible. Il la manipulerait comme bon lui semblerait, mais il la fallait vivante, c'était capital pour sa mission. Il ne pouvait pas se permettre, même si l'idée était bien tentante, de l'éliminer. Alors qu'il avait l'intention de la laisser ainsi pour qu'elle finisse par capituler et accepter de le suivre, quelque-chose s'approchait à grande vitesse. Si grande qu'il n'eut le temps que de voir ce qui devait être une ombre. Cette chose lui agrippa le poignet, fermement. Si fort qu'il crut que ses os allaient céder, et par réflexe, il lâcha prise. Le corps du professeur Xamendor s'effondra, risquant de s'écraser sur le sol en quelques secondes. Il n'en fut rien. La chose avait lâché prise et avait fondu sur la jeune femme aveugle pour la rattraper au vol et la posa par terre, près des professeurs. Ils levèrent les yeux et ce qu'ils virent les stupéfièrent tous : Léo se tenait là, devant eux. Avec des ailes de dragon postées sur son dos. La scène les troublèrent. Ils s'apprêtaient à lui poser une myriade de questions lorsqu'un cri retentit. Un cri plein de haine, dont l'émetteur n'était rien d'autre que le sorcier noir. Léo se tourna vers lui, le mage toujours postés dans les airs.

    - COMMENT OSES-TU ?! QUI ES-TU DONC, MISÉRABLE CLOPORTE, POUR OSER VOLER MA PROIE ?!

    Jusque-là, il avait tout fait pour garder son calme et son sang froid en toutes circonstances, mais cette fois, c'en était trop. C'était la goutte d'eau qui avait fait débordé le vase. Non, c'était la chute d'eau qui avait fait exploser le vase. Il reconnaissait ce visage, il l'avait aperçu pendant son combat contre sa proie, le voyant affronter son dragon. Léo le regarda, muet, puis se tourna vers les professeurs. Son regard les dissuadèrent de lui poser des questions, l'heure n'était pas la bienvenue pour cela. A la plus grande surprise de tous, Léo esquissa un sourire. Sincère. C'était la première fois depuis son arrivée à l'Académie que les professeurs le virent sourire. C'était d'ailleurs bel et bien la première fois. Ses lèvres s'entrouvrirent.

    - Soignez le professeur Xamendor, je me charge du sorcier. Après tout, les humains ne devraient pas s'entretuer.

    L'ordre était absolu, indiscutable. Personne ne comprenait ce qui était arrivé à cet élève, et ils se sentaient coupables de laisser cet élève aux mains de ce mage noir, mais leur esprit leur criait ne pas aller à l'encontre de ses mots. Léo se tourna, serra les poings et couru. Le mage Aéra, prit d'une folie meurtrière, tendit sa paume et envoya des lames de vent, aussi tranchantes que des lames d'épées. Imparables. Léo prit impulsion sur ses pieds, s'envola à l'aide de ses nouvelles ailes. Il esquiva chaque lame de vent, rapidement, et frappa. Il plaça son poing pile sur le plexus solaire de son adversaire, et à l'aide d'une technique de la magie des flammes, il créa une impulsion qui renforça le coup. Le mage s'envola à quelques dizaines de mètres plus loin mais se rattrapa in-extremis à l'aide de sa magie du vent. A peine fut-il remit sur pieds que le garçon était à nouveau sur lui. Son poing le cueillit au niveau du menton. A nouveau le mage s'envola. Cette fois, il n'eut même pas le temps de se rattraper que Léo avait de nouveau frappé. Posté au dessus de son adversaire, il avait ouvert la paume de sa main, écarta les doigts et la posa contre le poitrail du sorcier. Une vague de flamme l'envoya s'écraser au sol, créant un cratère béant. Cette fois, c'en était trop pour le sorcier. Ce gamin lui était devenu insupportable. Tout se passait bien jusqu'ici avant que ce gosse ne vienne tout chambouler. De plus, il avait senti quelque-chose. Certes ce coup était puissant, mais il avait émané quelque-chose qui lui était familier. Il avait compris. Il s'envola au niveau du rouquin pour lui faire face, blessé, se tenant le bras gauche.

    - Comment oses-tu... Comment oses-tu voler la magie de mon dragon ?!

    Léo resta muet, implacable, prêt à recevoir quelconques attaque de sa part, flottant dans les airs. Le mage pesta. Il n'avait pas envie d'en venir là, mais désormais il n'avait plus le choix. En temps normal, il aurait parfaitement été capable de maitriser son dragon, étant donné que la force de ce gamin venait de celui-ci, mais il avait reçu trop de blessures à cause de son combat contre sa proie. Il serra les poings et déglutit. Cette magie lui demandait beaucoup d'énergie, chose qu'il ne pouvait plus se permettre de gaspiller. Mais la réussite de cette mission en valait le prix. Il prononça une formule magique, inconnue de Léo. Il leva sa main valide, la pointa devant le jeune rouquin et incanta à nouveau quelques mots incompréhensibles. La magie qui émanait de la paume de sa main devint si forte que Léo réussit à la percevoir. Elle formait une aura bleutée, comme une petite lumière qui dansait devant sa main. Mais cette boule lumineuse s'étendit, formant des lignes arrondies, des formes géométriques et des runes. Jusqu'ici, Léo n'aurait jamais deviné de quoi il s'agissait, mais le nouveau savoir qui coulait dans ses veines grâce à Fahdonkrah lui donna la réponse : Un cercle magique. Et au vue de sa forme, il s'agissait d'une chose que même l'esprit de Fahdonkrah croyait jusqu'ici impossible.

    Une porte du Rouedad Majik.

    - Je ne voulais pas en arriver là, mais il est temps de remettre les pendules à l'heure !

    Le cercle était complété. Les traits bleuâtres troquèrent leur couleur contre un rouge rubis. Une faille déchira l'espace à cette endroit précis. Une fissure apparu au beau milieu des airs. Un souffle s'en dégagea. Impossible de ne pas le sentir. Il était froid, comme de la glace à l'était de gaz, traversant chaque fibre du corps de Léo, lui distillant la peur et la terreur à son contact. Un souffle de mort. Léo savait ce qui allait sortir de cette faille. Et il savait que si le laissait sortir, alors l'Académie n'avait plus aucun avenir. Un démon d'Erewent. Une goutte de sueur perla sur la tempe du jeune roux, terrifié. Ce qui se trouvait derrière cette fissure possédait un pouvoir magique bien au-delà de ce qu'il était possible d'imaginer. La faille était à peine ouverte qu'il la ressentait depuis sa position, alors qu'elle se trouvait à plus de dix mètres de lui. Ce qui en sortirait ne laisse aucun doute qu'il s'agira d'un monstre que personne ne serait capable d'arrêter. Léo devait à tout prix l'empêcher de passer cette faille. Il se tritura les méninges, cherchant le moindre indice, la moindre petite chose qui lui permettrait d'agir et de faire quelque-chose. Tentative vouée à l'échec. Ce n'est que lorsqu'il arrêta les fouilles que la vérité lui éclata au visage, comme si une voix la lui dictait dans sa tête. En fait, il y avait réellement une voix qui lui parlait dans sa tête. Dure, grave. La voix d'un dragon.

    « De touts temps, Sharaks, Golems, Dragons et Hippogriffes ont étés considérés comme les "Gardiens" de la Terre. Maitres absolus de leurs éléments, ils ont reçu un pouvoir légendaire utilisable en cas de nécessité absolue : Le verrou. »

    A la simple entente de ce mot, c'est comme si les souvenirs de Léo étaient revenus, enfouis dans les plus profonds recoins de sa mémoire, et pourtant c'est comme si il l'avait toujours su. En tout cas, ce "verrou" était sa seule chance d'empêcher se démon de sortir de son monde. La faille s'était déjà bien trop écartée. Léo ferma les yeux, fit le vide total de son esprit et en parallèle au sorcier noir, il plaça sa main devant lui. Il se concentra un long moment. Pour lui, ce fut comme une éternité qui s'était déjà écoulée. Un bruit sonore fit écho de nul part, fort. Un déclic au son grave, comme une clé que l'on venait de tourner. Le verrou était en place. La faille se referma lentement. Avant de disparaitre complètement, un cri s'éleva. Puissant et terrifiant. La créature qui devait se trouver derrière devait dépasser toute l'imagination possible, bien plus monstrueuse. Léo fut soulager que le verrou ait marché. Si ça n'avait pas été le cas, qui sait ce qu'il aurait pu advenir. Le mage noir cria à nouveau. Comment ?! Comment se gamin avait-il fait pour bloquer sa magie ?! Comment avait-il pu refermer une porte du Rouedad Majik aussi facilement ?! Alors qu'il lui avait fallu des années et des années rien que pour apprendre son existence, sans parler de la quantité de recherches astronomiques pour trouver le moyen d'ouvrir l'une d'entre elles ! Il s'apprêtait à insulter ce gamin de tout les noms, mais il n'en eu pas le temps. Le gamin en question se trouvait déjà devant lui.

    - C'est fini, mage.

    Alors que le sorcier noir s'attendait à un souffle de flamme, ou une quelconque attaque du genre, tout ce qui l'attendit fut le dos d'une main placée contre sa nuque avec force, suffisamment pour le faire s'évanouir dans le seconde qui avait suivi. Léo attrapa le corps inanimé par le col de son manteau avant qu'il ne se ramasse contre le sol. Il vola alors lentement jusqu'aux professeurs, épuisé d'avoir utilisé autant de magie d'un seul coup pour placer le Verrou. Il ne savait pas d'ailleurs d'où lui venait ce pouvoir, si il serait capable de le réutiliser, mais il fut content qu'il soit là au bon moment. Il déposa le mage assommé devant les professeurs, ébahis, avant de s'expliquer.

    - Il ne mérite pas de vivre, mais j'ai pensé que vous voudriez lui soutirer des informations, dit-il simplement, sans l'ombre d'une émotion.

    Les professeurs acquiescèrent bêtement, ne comprenant pas vraiment ce qu'il venait de se produire, et ils étaient soucieux de l'état de Zajolah.

    - Elle n'est pas en danger, mais il faut l'emmener voir un médecin au plus vite.

    La professeur de vol chevaucha son balai et partit chercher l'infirmière dans l'Académie. Léo, lui, se dirigea vers une colonne pas très loin des autres professeurs et s'affala contre elle, épuisé. Ses ailes le gênait.


    _________________
    Histoire | Thème | Voix

    Contenu sponsorisé

    Re: Attaque organisée: combattre le sorcier Aéra et son dragon.

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 19 Nov 2018 - 20:14